11 février 2015

124 Charlie, une suite (3)

  Quand j’étais petit, il n’y a pas si longtemps (!), les curés me parlaient du paradis (et surtout de l’enfer). J’y ai cru peu de temps car dans leur paradis, comme dans leur quotidien, la femme n’avait pas sa place (elle était le diable). Moi, au contraire, j’ai cru en la femme très jeune, avec Aragon. Elle devint mon icône, mon avenir. Quand j’ai découvert les dessins de Wolinski un peu plus tard, j’entrai au paradis avec les anges. Il faut dire que c’était l’époque de la « parenthèse enchantée », juste après... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2015

123 Charlie, une suite (2)

(Article paru dans les Inrocks du 7 février 2015)  Sociologue et philosophe, Raphaël Liogier dirige l’Observatoire du religieux depuis 2006. Un poste de vigie idéal pour combattre les idées reçues dont le djihadisme fait l’objet.   Comment appréhender la réalité du jihadisme en France ? Raphaël Liogier – Il faut distinguer plusieurs types de jihadisme. D’abord le jihadisme guerrier archaïque, qui se développe au VIIIe siècle, qui n’est pas équivalent au martyre, et n’est pas le propre de l’islam ;... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2015

122 Charlie, une suite...

Tribune de Mohamed Sifaoui (journaliste, écrivain, réalisateur) parue dans le Huffington Post du 6 février 2015. Le « Je ne suis pas Charlie » a un sens. Et pour le saisir, il faudrait cerner la définition exacte de son expression antinomique « je suis Charlie ». Nul besoin de convoquer une logique aristotélicienne pour comprendre ce qui est de l’ordre du civisme, de la décence, de la démocratie et enfin de l’humanité ; Nul besoin de sortir de Saint-Cyr pour capter le sens réel de « Je suis... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2015

121 Buenos Aires

  J’ai beaucoup aimé cette ville même si je n’y ai passé que trois jours. Cela suffit pour faire ce que je préfère, déambuler au hasard et respirer l’âme de la ville. Me laisser embobiner. Je flâne sans préjugé. Je ne suis pas un touriste et n’ai pas à courir ici et là dans je ne sais quel circuit. À peu près comme dans un roman. Je me laisse mener par le bout du nez, c’est ce que j’aime, pour au final me faire avoir et tomber des nues. Je ne joue pas au lecteur à qui on ne la fait pas. Celui qui cherche à percer le mystère pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]