Incroyable, mon petit doigt s’est foutu de moi ! Ou bien il s’est fait la malle en douce et m’a laissé tomber en vrai. Je viens d’acheter deux « poches », le premier, pourtant très bien écrit, m’a repoussé hardiment au point de m’angoisser mes doux rêves de vacances. Quant au  deuxième, d’un auteur que j’ai adoré, je le poursuis par pure nécessité, je n’ai rien d’autre à lire et pas la possibilité d’aller en chercher. Il est très bien écrit aussi, tout à fait immoral comme sait l’être cet auteur, mais, j’en dirai davantage plus tard, peut-être. Alors je suis allé me confier à Dali, devant le musée qu’il a dédié à la ville de sa naissance et il m’a dit, des têtes de poupées dans les yeux, j’adooore le chocolat Lanvin.

 

018

 

 (musée Dali à Figueres)