23 février 2017

184 Chevaux

   Il m’arrive de rêver d’écrire aussi bien que lui. Or quand j’essaie d’approcher son style si dépouillé, dépouillé à l’extrême devrais-je dire, je n’exprime pas la moitié de ce que je voudrais, alors que lui dit tellement plus qu’il n’écrit. C’est incroyable. Dans ce roman, il raconte trois histoires à la fois, ramassées dans la paume d’une seule main. Le passé et le présent (et peut-être l’avenir), ne se racontent qu’au présent. Il dit qu'il n’a pas de temps pour les temps. Et ses mots simples... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2017

183 Trois continents

(Taiye Selasi - emprunté à Wiki) Je me suis confronté avec un plaisir infini à une incroyable écriture même s’il s’agit d’une traduction de l’anglais. Cette écriture est formidable en ce qu’elle nous fait voir, ressentir, regarder les choses, vivre les actes, réfléchir les pensées, observer l’âme, comme si nous étions embarqués dedans ou pour l’exprimer d’une autre façon, comme si nous étions la caméra portée par les frères Dardenne poursuivant Rosetta (pour les chanceux qui ont vu le film éponyme). Le sujet n’a rien à voir avec... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]