29 juillet 2018

230 Fini le Rock !

Il y a une meuf SDF qui s’imagine que c’est le capitalisme qui a inventé le travail, du coup, comme elle a eu un père communiste, elle refuse de travailler ; il y a un trader qui se prend pour un génie et mène une vie de saigneur, entouré d’une faune qu’il cloue dans son lit aussi bien qu’au pilori ; il y a les bittes molles qui ne trouvent que des chattes moisies, à chacun son dû ; il y a un chanteur mort qui hante le roman comme le monstre du Loch Ness (comme je ne suis pas rock, je n'ai pas compris qu'il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2018

229 20 millions !

C’est une journaliste dont le premier roman de fiction est lu par vingt millions de lectrices de par le monde (j’imagine qu’il y a une majorité de femmes dans son lectorat et donc le pluriel féminin s’impose). Un polar psychologique attire davantage les femmes. C’est moins violent, au sens saignant, quoique les rapports dans les couples en cause soient plutôt rudes, je trouve, et les femmes prennent une part de cette rugosité. Au final, le sang coule par la faute de la violence masculine. Mon petit doigt n’avait pas hésité, c’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2018

228 La part du football !

  Il m’arrive d’écouter l’émission « Répliques » d’Alain Finkielkraut sur France Culture. Du moins en partie, quand ça m’intéresse et si je ne m’énerve pas. J’en ai écoutée deux (en partie) sur la fin juin, une sur le foot (Finkielkraut avoue que l’équipe de France le fait vibrer)   (Mbappé - égalité - image eurosports) mais aussi celle de la semaine précédente dont je veux parler, sur les banlieues. Ne dirait-on pas que les deux sujets sont liés. Après avoir lu l’un des deux livres dont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juillet 2018

227 L'Amérique sans fard !

(celui-ci n'est pas un écrivain américain) Je n’avais jamais lu de livre de cet écrivain américain de son vivant. Non, je ne parle pas de Philip Roth, dont j’ai à peu près tout lu, depuis le foudroyant Portnoy et son complexe (1970) jusqu’à la Tâche (2002), en passant par la Pastorale américaine (1999) et sans oublier J’ai épousé un communiste (2001), roman qui m’a tant marqué ! Des années après m’être sorti de ce guêpier (le communisme), en comptant sur mes propres forces (comme me l’avait inculqué Mao le président !),... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]