10 mars 2020

271 Mâle non dominant !

N'en déplaise à V. Despentes et consoeurs, Paul-Jean Bérézine, le narrateur du roman  "ne le laisse pas tomber, il est si fragile", est un mâle non dominant. Elle n'en ferait qu'une bouchée, la fulgurante autrice de "king kong théorie", qui passe son précieux temps à saper les fondements du patriarcat qu'elle assimile au capitalisme. Au fond, en réfléchissant bien, PJ Bérézine aussi est incompatible avec le patriarcat, il en est le maillon faible. Il n'en est pour autant pas prêt à subir une quelconque autre domination.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2020

270 Feel good ! (même en prison)

  Là franchement, je suis bien embêté ! Je ne nourris pas une histoire d’amour avec le Goncourt ! Que je le lise dans la foulée du prix tout juste attribué ou beaucoup plus tard quand le roman paraît en édition de poche, le résultat est le même, je m’y ennuie, en général. Le plus souvent, je ne le lis pas. J’ai une exception (qui confirme ma règle), c’est « l’art de perdre » d’Alice Zeniter. Je trouve le titre formidable. Le sujet, les Harkis, beaucoup moins, mais je changeai d’avis en lisant le roman.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2020

269 Eclairant !

    Par ces temps de chevauchées populistes sur au moins trois continents de cette terre en surchauffe, ça vaut vraiment, mais vraiment, la peine de se coltiner le dernier opus d’un super spécialiste de la question. S’éclaircir les idées n’est pas du luxe, c’est même de l’ordre de la survie, sur tout ce qui concerne la démocratie, libérale, illibérale, jusqu’à la démocrature, tout ce qui définit la démocratie depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui et ses améliorations successives et encore possibles sinon obligées à moins... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2020

268 Le petit dernier !

Paul Jean Bérézine est un drôle de zig ! Je ne dis pas cela parce que c'est un sportif. On peut être un sportif tout ce qu'il y a de plus normal. C'est un drôle de zig parce qu'il  pense que seul l'Amour peut lui faire réussir sa vie. Vous avez du mal à le croire, et bien, il suffit de le suivre quand il raconte sa dernière histoire d'amour ! C'est exactement ce qu'il écrit. Il narre cette histoire avec tous les détails, des plus crus aux plus fantasques, de la première fois (ce n'était pas le premier soir) aux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2020

267 Ché pa koi dire !

  Le gros roman ki vient, je l’ai lu jusqu’au bout, il m’est pas tombé des mains, mais cette histoire de gamins plus ou moins estropiés qui vivent dans une étrange colonie où c’est-y ki font les trucs entre eux à l’insu du plein gré de leurs éducateurs, comme, ce n’est qu’un exemple, se battre la nuit entre les strongues et les bitches, vous voyez ce que veut dire l’auteur. Ces éducateurs aux noms bizarres et à rallonge sont à la ramasse et puis là-dessus nous tombent dessus des bergers déguisés en demoiselles qui débarquent des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2019

266 Huitième catégorie !

  La huitième catégorie du classement psychologique des meurtriers par le professeur Paul Mattiuzzi, criminologue américain réputé (que tout écrivain de polar devrait connaître sur le bout des doigts, comme la police criminelle) est celle qui est une combinaison des sept premières. Nous voilà bien avancés ! Et rassurez-vous, je n’ai pas l’intention de vous faire un cours à partir des données du célèbre psychologue. Mais dans le formidable polar qui vient, l’histoire et la trame sont une combinaison de toutes les catégories... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2019

265 Et moi, et moi, émoi !

  (Le couple de hotte Savoie)   Quand je suis fatigué d’avoir tout raté, quand le carcan de mes limites m’étouffe, quand je ne supporte plus mes imperfections, quand je ressens un manque vertigineux, quand les nerfs me lâchent, quand je pète un plomb ou même deux, quand je me prends pour une victime expiatoire, quand le ciel me tombe sur la tête, quand mon horoscope déraille, quand je ne comprends plus ce qui m’arrive, quand mon chien m’évite, quand ma femme me quitte, quand mes enfants me renient, quand les impôts se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2019

264 père et fils !

  Les chats ne font pas des chiens pas plus que les chiens ne font des chats. La moitié de cette phrase revient en boucle dans le roman qui arrive. Je n’ai pas pris la peine de vérifier laquelle. Elle se contredit pourtant facilement. Il y a tellement de descendance qui ne ressemble pas à leurs ascendants qu’on se demande souvent pourquoi et comment. Mais là n’est pas la question de ce roman sans histoire mais rempli d’Histoire. père (sans majuscule) et fils sont aussi des chapitres qui se répètent. Mais très peu père et fille.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 novembre 2019

263 L'innommée !

Une fille sans nom occupe toutes les pages du roman qui vient. Elle est l’origine de l’histoire et en délivre le sens au point final. Et quelle fille ! Nommée la « fille » et jamais autrement ! Pourquoi l’auteure ne lui a-t-elle pas trouvé de nom ? Peut-être parce qu’elle se suffit à elle-même et qu’elle n’a pas besoin d’être nommée pour crever chaque page du roman ? Sanguinaire, animale, maline, rompue à toutes les bagarres à mains nues aussi bien qu’arme au poing, endurant toutes les blessures aussi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2019

262 Indiennes !

  Quant j’étais adolescent (et je le suis resté longtemps, peut-être même ne suis-je jamais tout à fait sorti de cette période de ma vie, ou bien pour une courte durée, et finir par y revenir en tant que vieil ado attardé), j’adorais les westerns. La preuve de ce que je viens d’écrire, c’est que je les aime toujours autant. Et ceux que je préférais et préfère par-dessus tout étaient/sont ceux dans lesquels les Indiens avaient/ont le beau rôle, ou tout du moins étaient/sont respectés. Il faut quand même reconnaître qu’ils ont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]