16 janvier 2020

267 Ché pa koi dire !

  Le gros roman ki vient, je l’ai lu jusqu’au bout, il m’est pas tombé des mains, mais cette histoire de gamins plus ou moins estropiés qui vivent dans une étrange colonie où c’est-y ki font les trucs entre eux à l’insu du plein gré de leurs éducateurs, comme, ce n’est qu’un exemple, se battre la nuit entre les strongues et les bitches, vous voyez ce que veut dire l’auteur. Ces éducateurs aux noms bizarres et à rallonge sont à la ramasse et puis là-dessus nous tombent dessus des bergers déguisés en demoiselles qui débarquent des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2019

266 Huitième catégorie !

  La huitième catégorie du classement psychologique des meurtriers par le professeur Paul Mattiuzzi, criminologue américain réputé (que tout écrivain de polar devrait connaître sur le bout des doigts, comme la police criminelle) est celle qui est une combinaison des sept premières. Nous voilà bien avancés ! Et rassurez-vous, je n’ai pas l’intention de vous faire un cours à partir des données du célèbre psychologue. Mais dans le formidable polar qui vient, l’histoire et la trame sont une combinaison de toutes les catégories... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2019

265 Et moi, et moi, émoi !

  (Le couple de hotte Savoie)   Quand je suis fatigué d’avoir tout raté, quand le carcan de mes limites m’étouffe, quand je ne supporte plus mes imperfections, quand je ressens un manque vertigineux, quand les nerfs me lâchent, quand je pète un plomb ou même deux, quand je me prends pour une victime expiatoire, quand le ciel me tombe sur la tête, quand mon horoscope déraille, quand je ne comprends plus ce qui m’arrive, quand mon chien m’évite, quand ma femme me quitte, quand mes enfants me renient, quand les impôts se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2019

264 père et fils !

  Les chats ne font pas des chiens pas plus que les chiens ne font des chats. La moitié de cette phrase revient en boucle dans le roman qui arrive. Je n’ai pas pris la peine de vérifier laquelle. Elle se contredit pourtant facilement. Il y a tellement de descendance qui ne ressemble pas à leurs ascendants qu’on se demande souvent pourquoi et comment. Mais là n’est pas la question de ce roman sans histoire mais rempli d’Histoire. père (sans majuscule) et fils sont aussi des chapitres qui se répètent. Mais très peu père et fille.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 novembre 2019

263 L'innommée !

Une fille sans nom occupe toutes les pages du roman qui vient. Elle est l’origine de l’histoire et en délivre le sens au point final. Et quelle fille ! Nommée la « fille » et jamais autrement ! Pourquoi l’auteure ne lui a-t-elle pas trouvé de nom ? Peut-être parce qu’elle se suffit à elle-même et qu’elle n’a pas besoin d’être nommée pour crever chaque page du roman ? Sanguinaire, animale, maline, rompue à toutes les bagarres à mains nues aussi bien qu’arme au poing, endurant toutes les blessures aussi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2019

262 Indiennes !

  Quant j’étais adolescent (et je le suis resté longtemps, peut-être même ne suis-je jamais tout à fait sorti de cette période de ma vie, ou bien pour une courte durée, et finir par y revenir en tant que vieil ado attardé), j’adorais les westerns. La preuve de ce que je viens d’écrire, c’est que je les aime toujours autant. Et ceux que je préférais et préfère par-dessus tout étaient/sont ceux dans lesquels les Indiens avaient/ont le beau rôle, ou tout du moins étaient/sont respectés. Il faut quand même reconnaître qu’ils ont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2019

261 La femme révoltée !

On ne rate sa vie qu’une fois. Encore faut-il s'entendre sur ce que rater sa vie signifie. Cela ne recouvre pas la même signification pour tout un chacun. Dans le roman qui vient, Soledad, l’héroïne, une Espagnole qui a fui le Franquisme, ou fui sa famille ou fui tout court, n’entend faire que ce qui lui convient. C'est-à-dire, elle ne veut faire que ce dont elle a envie sur le moment. Mais cela l’écarte du monde réel. Pas grave puisqu’elle honnit ce monde. Par culpabilisation de participer au monde capitaliste, parce qu’elle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2019

260 Guérir de la croisière !

J’ai toujours rêvé de croisières. Sur des petits bateaux ! Pas sur ces bateaux gigantesques qui écrasent Venise de leur vanité quand ils y accostent. Il y a des photos impressionnantes. Et puis ils polluent comme une ville moyenne qui se promènerait partout sur les mers et les océans. On peut se demander comment ils éliminent tous leurs déchets et les tonnes de merdes que débitent les chiottes pour six mille passagers et personnel de bord quand ils sont en mer. C’est ça aussi le monde moderne. Dans le roman qui vient, il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2019

259 Ça marche !

Je viens de terminer un roman d’un auteur anglais très connu que je n’avais jamais lu et que je ne connaissais pas. Comme l’écrit pourtant sur la jaquette Gallimard en personne, « un auteur majeur de la littérature britannique contemporaine » ! J’en prends pour mon grade. Ça raconte l’Angleterre telle qu’elle était hier et telle qu’elle est devenue aujourd’hui depuis le référendum et la victoire du leave et toute cette  rocambolesque affaire du Brexit. En pleine lecture, je découvre dans mon journal préféré du... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2019

258 L'impossible !

(photo la voix du nord) Comme écrivain, je ne le connais pas, puisque je n’avais rien lu de lui avant le livre qui vient. À la télé, je lui trouvais une tronche qui ne me revenait pas. Il se comportait souvent comme un malotru, cassant, suffisant ou sûr de lui et de sa critique. Je plaignais les invités qui lui faisaient face. Je n’aurais pas voulu être à leur place. Mais que ne ferait-on pas pour passer à la télé et faire connaître son chef-d’œuvre ! Du coup, je n’ai jamais eu envie de lire quoi que ce soit de lui. Je n’avais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]