22 mai 2018

224 De l'utilité de la sociologie !

N'en déplaise à Manuel Valls, la sociologie garde une place centrale dans ma réflexion (et donc dans mon action) ! Deux idées fortes ou forces contredisent mon manuel dans le livre qui vient : la première est qu'il vaut mieux comprendre son environnement avant d'y agir (pour que l'action soit plus juste et plus efficace) et la deuxième est que l'idée de déchéance de la nationalité (française) telle que la proposaient le président d'alors et son acolyte de premier ministre était pour le moins injuste, injustifiée et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2018

223 L'interminable conflit !

Marc Dubois s’imaginait vivre en parfaite harmonie avec ses convictions profondes, même s’il avait cru (avec beaucoup d’autres) qu’Israël avait été envahi par les armées arabes, qui de leur côté ne s’étaient pas privées de s’en vanter, alors que l’armée israélienne en réalité avait déclenché elle-même cette guerre par anticipation (il s'agit de la guerre des Six Jours en 1967). Et la tournure des évènements avait entièrement profité à l’État hébreux puisque Jérusalem était « réunifiée » et toute la Palestine conquise. Le sixième... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2018

222 Le Militant !

Le Militant ! C'est l'histoire d'un militant qui va jusqu'au bout de son engagement. Ce n'est pas volontaire, il est fait comme ça. Son jusqu'auboutisme va le mettre à terre, plus bas que terre, en enfer. Il passe ensuite beaucoup de temps à comprendre qu'il y a une vie en dehors du militantisme, et que cette vie pourrait être la sienne ! A travers des évènements tels que la guerre de Six Jours, Mai 68, le gauchisme, et jusqu'au salafisme, ce roman décrit (et tente d'expliquer) le phénomène de la radicalisation politique... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2018

221 Russie !

Il est rare que je sois séduit par une critique pour acheter un livre, fût-elle bonne ou excellente. Vous le savez, j’ai même tendance à fuir par instinct tout ce qui a beaucoup de succès. Je m’en méfie. Trop de succès m’apparaît le plus souvent comme suspect ou fabriqué. Malgré tout ça, les trois « T » de « Télérama » pour le roman qui vient ont crocheté quelque chose en moi, je ne sais quoi ou je ne m’en souviens plus, un fond de Révolution d’Octobre peut-être, qui a fait que je me suis précipité vers ma... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2018

220 Gay pas gai !

  Il fallait bien passer de la vie princière si jolie (chronique précédente) à une vie de cauchemar à graver dans sa mémoire. Je ne l’ai pas fait exprès. C’est mon petit doigt qui s’est mis dessus dans ma librairie préférée. Il m’a dit c’est celui-là point barre. Je n’ai même pas réfléchi. Je lui ai obéis. Je le connais, c’est très rare qu'il se trompe. Cette fois encore, il ne s’est pas trompé. Je ne suis pas gay et je l’ai pris ou peut-être est-ce lui qui m’a pris. Je n’ai jamais lu de livre « gay » jusqu’à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 mars 2018

219 Jolie petite histoire !

  C’est une histoire vraie, ou comme une histoire vraie. C’est une jolie histoire mais pas tout à fait. C’est un coup de foudre comme qui dirait unilatéral, enfin, cela reste en suspension. Je parierais qu’ils vont se retrouver un jour ou l’autre ces deux là !  Enfin peut-être ! Personnellement, cela me rassurerait. Je suis fan des coups de foudre. Et puis non, la vie les sépare trop. Ils auraient dû, ils auraient pu…et puis, ce n’est pas moi, je ne suis pas concerné, il suffit que je regarde cette jolie histoire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2018

218 Guerre totale : tout le monde descend (ou est descendu) !

Si j’ai bien tout compris et j’ai bien peur que ce soit le cas, la guerre mondiale 1914-18 fut une boucherie vaine et multimillionnaire en destruction de vies humaines, une guerre de machos pour savoir qui c’est qu’était le plus fort ; la guerre mondiale de 1939-45, la guerre du monde fascisant contre le monde libéral ; et la guerre actuelle contre Al Quaeda-Talibans-Daech-X en Afghanistan, Irak, Syrie et Cie serait celle du fric et du cynisme, la guerre hypocrite avec les civils innocents en chair à canon, la guerre des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2018

217 Entretemps

En attendant le secundo, aussi trach que le primo (voir rubrique précédente), je m'offre une petite pub personnelle à propos de ce fameux polar écrit sous l'inspiration de la mosquée-cathédrale de Cordoue et du retour en force de la religion. C'est de la dynamite mes chers frères, mes chères soeurs ! Les intégristes de tout poil veulent imposer leur Dieu unique et néanmoins différent pour chacun d'eux. A en perdre son latin, son arabe et même son hébreu !
Posté par Pierre Ferin à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2018

216 Déstructuration massive !

  Pour réussir en ce bas-monde, aussi mal en point aujourd’hui qu’hier (avec ses pics et ses gouffres), il faut être soit très bon soit très pervers. Soit une tête brillante en algorithme, en financiarisation de l’économie ou en planification d’attentat comme celui du 11 septembre 2011 à NY, LA référence. C’est ce qu’aurait écrit Machiavel himself (exemples en moins of course), le maître toute catégorie en la matière. Même pas besoin de l’avoir lu pour le savoir. Pas vain non plus d’avaler ce traité de réalisme au vitriol. Une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2018

215 Fractures

  Il est comme ça. Rien ne le prédestinait à nicher dans les fractures de la société, sauf peut-être la fracture de sa famille de naissance. Mais est-ce une raison suffisante ? Les unes après les autres. Y-a-pas-za-dire, elles l’attirent. Toutes. Il leur donne le bâton pour se faire battre. On dirait que tel est son destin. Mais voilà, il y a le destin et ce qu’on en fait. Il a cru choisir la voie de la justice sociale. Il a souffert pour cela de mille manières toutes inattendues. Et cela n’a servi à rien. Aux autres c’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]