14 décembre 2014

112 Improbables cadeaux de Noël (et Nouvel An) !

Je me suis laissé rattraper par l’ambiance mercantile générale. Le petit Jésus m’a convaincu de me faire un cadeau à moi-même. On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Je ne suis pas sûr que ce soit lui qui l’ait dit. Figurez-vous que je me suis acheté deux livres pour 38€. Un pour Noël, l’autre pour le Nouvel An. Je commence donc par celui de Noël. J’étais excité rien qu’à le commencer. Ce fut une douche froide. Je n’arrivais pas à me dépatouiller des concepts abstraits qui s’étalaient sur toutes les pages même s’ils étaient... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 décembre 2014

111 Guimauve glauque

  Le monde est divisé en deux : celui des simples gens comme vous et moi et celui des stars planétaires. Les gens simples sont pris pour ce qu’ils sont, d’honnêtes travailleurs ayant beaucoup souffert dans leur jeunesse, en général. Les stars sont adulées pour ce qu’elles ne sont pas, des êtres extraordinaires. Il paraît que la beauté foudroyante d’une femme n’est pas un cadeau pour celle qui la possède, mais la laideur est-elle un cadeau du ciel ! La beauté d’une femme s’offre à la concupiscence des hommes qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2014

110 N'insistez pas !

  Elle écrit bien. Elle vend beaucoup de bouquins. Elle écrit des nouvelles pour les magazines de mode. Elle est à la mode. J’ai lu un recueil de ces nouvelles pour me reposer de la sauvagerie humaine de la semaine dernière. Je suis tombé dans la vacherie humaine. En suis resté mi-figue mi-raisin, j’aime j’aime pas, de la compassion pour une héroïne naïve à celle pour un vieil écrivain renommé qui se fait plumer, historiettes de ressentiment aussi, c’est bien vu, c’est superficiel, c'est mondain,  je trouve... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2014

109 La sauvagerie humaine

  Allons-y tristement, défonçons une porte béante depuis des siècles (amen). Qu’elle soit profane extrême ou religieuse ultra, l’idéologie a ceci de commun qu’elle tue, car elle nie la vie, ou la considère comme quantité négligeable au regard de son dogme. Pour ne rester qu’à notre époque, depuis les guérillas urbaines (fraction armée rouge, Action Directe…extrême gauche, attentat de la gare de Bologne, massacre d’Utoya perpétré par Anders Breivik, extrême droite), en passant par la secte Aum (religieuse), pour finir par les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2014

108 Modiano, c'est flou !

Je n’avais jamais lu Modiano. Je n’avais jamais eu l’idée de le lire. Comme l’idée ne m’était pas venue, l’envie non plus. C’est le hasard de ma main qui a renversé un Modiano en folio dans le magasin où j’achète mon journal qui en est la cause. Pour moi, rien que de très normal de ne l’avoir encore jamais lu. Modiano est le contraire de ce que je recherche en conscience. Même si je ne le savais pas, je devais le pressentir. Modiano, c’est flou alors que je recherche la vérité éclatante. Ce qui ne signifie pas qu’elle est vraie.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2014

107 L'enfer, c'est qui, c'est quoi ?

  Chacun connaît l’affirmation de Sartre tirée de sa pièce Huis Clos, « l’enfer, c’est les autres ». Sartre lui-même l’a explicitée en écrivant qu’en effet, « si je suis en totale dépendance d’autrui, je suis en enfer ». Il a aussi écrit que l’homme est condamné à être libre. La question que je me pose à partir de ces réminiscences et du roman que je viens de finir est la suivante : tout ce qui m’arrive provient-il de mon attitude face à la vie et j’en suis donc le seul responsable, ou bien, un ou... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2014

106 Wander-Artist !

  En regardant la couverture du livre, je n’ai pas vraiment fait attention à l’œuvre qui y figurait. Elle semble d’une banalité extrême, on dirait un dessin d’enfant. Puis, un peu intrigué quand même, en lisant le roman, j'ai cherché l’auteur de cette œuvre simpliste, soi-disant ! J'ai alors constaté que le tableau est de Paul Klee, daté de 1940. Paul Klee ! Tiens donc ! Je regarde avec plus d’intensité. Et voici que le dessin pénètre en moi. Tel que je le perçois, il est sensé représenter un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2014

105 Mondialisation

  Il ne se passe plus un jour sans que l’on parle de mondialisation ou de globalisation. Les uns pour la vanter, les autres pour la rejeter. Pour ma part, je ne vois pas comment on pourrait éviter une réalité qui s’est imposée sans coup férir à la terre entière. Nous y sommes impliqués jusqu’au cou, il s’agit de savoir nager en respirant par le nez et en fermant la bouche. C’est comme avec la pollution et le réchauffement climatique. Nous sommes en plein dedans.     La mondialisation est là, il y a certainement du... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 21:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2014

104 Le temps qui passe

  J’ai cette étrange sensation en lisant un deuxième roman de James Salter, celle du temps qui passe. Le temps passe comme une péniche sur un canal et ce n’est pas désagréable. Je m’imagine voguant sur le canal du Midi.     D’habitude, je ne vois pas le temps passer. Rarement, je me sens dans un temps suspendu. Soit je fais du sur-place, ou j’en ai l’impression, soit je plane et c’est beaucoup mieux, c’est même précieux. Ô temps suspend ton vol..!     Ce roman n’est pas comme une histoire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2014

103 En vrai...

  En vrai, la vie est un songe, dont on ne se réveille jamais. Elle passe évanescente. Elle enchante comme une nuit d’été. Elle désenchante par son inaccomplissement. Elle angoisse comme un cauchemar sanglant.      On se croise sans se connaître, on vit ensemble sans savoir pourquoi, on se quitte quand il n’y a plus de raison de rester, on ne sait toujours pas pourquoi.     On vogue au fil de l’eau sur son bateau. On n’est pas tous dans le même bateau. On a le romantisme contrarié par la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 21:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]