20 mai 2014

92 Tapis volant(s) IV

Quand Constantinople est tombée aux mains des Ottomans, en 1453, ceux-ci ont transformé la basilique Sainte Sophie et la très vieille église du Saint-Sauveur-in-Chora bâtie au 5ème siècle, en mosquées (in chora signifiant "hors les murs" ou "à la campagne"). Comme vous le savez, l'islam proscrit les représentations de visages, cependant, les Ottomans admiraient l'architecture de Sainte Sophie (qu'ils n'ont pas arrêté de copier en l'améliorant - voir chroniques précédentes). Ainsi ces conquérants n'ont pas détruit... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2014

91 Tapis volant(s) III (face à face)

C'est un face à face qui dure depuis plusieurs siècles : la première à s'ériger, c'est Aya Sofya (Sainte Sophie) au 6ème siècle, avec sa coupole incroyable en suspension à cinquante six mètres de haut ! En face, depuis 1616, Sultanahmet camii (la mosquée du Sultan Ahmet, renommée mosquée bleue par les Français), érigée comme une reproduction améliorée, plus légère, mieux calculée... Et puis, plus loin, au sommet d'une des collines d'Istanbul l'Européenne, Süleimanye camii (la mosquée de Soliman le Magnifique, 1556), le chef d'oeuvre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2014

90 Tapis volant(s) II

Aussitôt descendus de notre tapis volant en fer blanc, nous avions besoin de nous sustenter (pour un vol de trois heures, on ne vous donne quasi rien à manger) et nous nous précipitâmes sur les marchés couverts bien connus des Stambouliotes et du monde entier, le grand bazar et le bazar égyptien, dont je vous offre un mix de photos tirées par mon petit canon manuel. C'est sans prétention.  Comme il faut toujours entrer par une porte (kapi en turc - prononcez kapeuh - c'est normalement un i sans... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2014

89 Tapis volant(s) I

  Se lever le matin chez soi et se coucher le soir à Istanbul, par la magie d’un tapis volant moderne, qui protège du vent et de la pluie, certes, mais qui réduit la beauté du paysage vu d’en haut, à l'étroitesse d’un hublot.   (Viktor Vasnetsov - wiki) Après le désagrément du panorama réduit à la portion hublotesque, il y a l’interminable queue formée de la horde des touristes, surgis aussi bien d’Orient que d’Occident, mélangeant leurs us et coutumes vestimentaires devant les guitounes de la police... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2014

88 Ida et le bon dieu (ou vice versa)

Je ne sais pas ce qui m’a pris de me lancer dans ce (mini) défi farfelu ! Peut-on parler de défi d’ailleurs ? N’est-ce pas une idée incongrue d’associer la farce au drame ? N’est-il pas absurde de comparer une idée, savoir la tolérance, avec l’absolu de la spiritualité ? Je ne sais pas si vous me suivez ? Au moment de lâcher ces quelques mots dans la nature, je me le demande encore.     On peut rire de tout, et donc aussi de l’intolérance et du racisme, mais pas avec n’importe qui, comme quelqu’un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2014

87 Cohabitation

   Je me coltine en ce moment un livre ardu à lire (pour moi) et néanmoins très intéressant, et surtout, important à mes yeux. Comme toujours dans ces cas-là, je le grignote par petits bouts. Cela fait donc un moment que je l’ai commencé et cela durera encore un certain temps avant que je le termine. J’aime bien l’auteure, pour avoir déjà lu quelques articles d’elle en plus d’autres interviews qu’elle a accordé ici et là. Elle est surtout connue pour son travail sur le « genre ». Vous savez, les soi-disant... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2014

86 Mea Shearim - Istanbul

  Étrange ce titre, non ? Vie exotique, oui. Voyez plutôt. Décembre 1968. Nous habitions à la lisière de Mea Shearim, le quartier intégriste de Jérusalem, peuplé de barbus courant les yeux baissés d’un yeshiva à une autre. Nous étions aussi barbus, mais du bord (extrême) opposé. Nous pensions avoir le vent en poupe partout dans le monde (rappelez-vous, Mai 68), sauf à un seul endroit, au sein du nationalisme israélien. C’est justement là que nous nous trouvions. Nous décidâmes pour cette raison de quitter Jérusalem et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2014

85 Comment tuer sa mère !

  On peut s’interroger si chacun de nous n’a pas un côté pervers en lui, je veux dire une certaine dose de perversité « naturelle ». Peut-être n’est-ce même pas la peine de se le demander. Je sais c’est bateau ce que j’écris là, mais les bateaux sont fait pour voguer. Alors voguons ! Voyez-vous, une petite jouissance engrangée grâce à une répartie sournoise que vous faites l’air de rien à un ami ou un proche, ou une remarque désobligeante à l’air insignifiant qui flingue la beauté de son paysage, ça peut vous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 avril 2014

84 Zahira Dris

Celles et ceux qui lisent mes chroniques régulièrement ou occasionnellement connaissent Zahira Dris (Zaz la Bônoise), bien sûr. Ils n'ont pu passer à côté de ses magnifiques photos. Sachez que cette artiste photographe algérienne habite en France et fait l'objet d'une exposition du 1er au 14 avril à Tunis. Les articles des journaux dont je donne les extraits ci-dessous sont élogieux. Cela ne m'étonne nullement. Depuis le début, je trouve ses photos formidables et elles ont servi à embellir mes chroniques (60% des photos... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 avril 2014

83 Fuir !

  C’est bien le titre du roman que je viens de finir. Et cette fois je ne vais pas fuir. Fuir est un état d’inconscience. C’est ce que je pense. On fuit ce qu’on est sans penser qu’on fuit. On vit en fuite. Comme on ne peut pas fuir l’instant présent car il est ce qu’il est, on se laisse submerger par un passé. On vit sa vie comme un passé, ce passé qu’on fuit. Or ce passé qu’on fuit n’existe pas. Il n’est qu’une intrusion mentale. Comment fuir quelque chose qui n’existe pas ? On ne va pas bien loin et on revient, ou bien,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]