30 mai 2019

252 Lotta Continua !

C’était en décembre-janvier 1968-69, j’ai quitté Jérusalem où j’habitais depuis quelques mois pour Istanbul. Ensuite j’ai traversé les démocraties populaires de l’Est (Bulgarie, Yougoslavie, Hongrie) en train le plus souvent de nuit. J’étais stupéfié par la tristesse déprimante des habitants de ces pays socialistes et la morosité des capitales visitées – Sofia, Bucarest et Budapest, en contraste avec l’activité trépidante de la magnifique et imposante Istanbul. Bien sûr c’était l’hiver, il faisait froid et il y avait souvent de la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2019

251 Pressé !

  J’étais pressé ! Je partais en voyage et le livre d’Erri de Luca que j’avais commandé était resté bloqué quelque part à cause d’une grève (sans doute) ou d’un blocage autoroutier en jaune. Je ne voulais pas partir sans prendre un livre à lire avec moi. J’ai besoin de lire autant que de respirer et aussi, quand je voyage, j’échoue parfois dans des chambres exigües dont le manque d’espace se concrétise en insomnie. De toute façon, j’ai besoin de partager une partie de ma journée avec un auteur. Je n’en dirai pas... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2019

250 La religion des hommes !

Une fois n’est pas coutume, je l’ai vue et écoutée à la Grande Librairie et aussitôt la voix qui commande en moi m’a dit d’un ton sans réplique, mon vieux (littéralement), ce livre est pour toi, il faut que tu te le procures. J’ai acquiescé aussitôt et je l’ai commandé au point presse-librairie du village. Il est arrivé quelques jours plus tard. Cette satanée voix peut se faire emmerdeuse quand elle m’oblige à accomplir sur le champ des actes qu’en tant que procrastinateur accompli, je remettrais bien au surlendemain si ce n’est à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2019

249 Café littéraire !

Il m'a bien plu ce café littéraire de Saint Nazaire. Il faut dire que la présence de 25 personnes m'a stimulé. Je me suis lâché ! J'ai tenté d'expliquer la première partie de ma vie, de 14 à 35 ans, et j'ai analysé à travers ce parcours ce qu'est la radicalisation. Plusieurs types de radicalisations (politique, religieuse et amoureuse) qui ont sans doute un tronc commun que j'ai tenté d'extrapoler dans mon roman sur "Marc Dubois".   Ma petite conférence d'une courte heure a déclenché un débat passionné et passionnant d'une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2019

248 Hallucinant !

Rien à voir avec les attouchements que j’ai subis à l’internat catholique quand j’avais 14 ans. Je m’en étais quand même ouvert auprès de ma mère qui a aussitôt pris rendez-vous avec l’abbé directeur. À la suite de quoi je fus exclu du collège pour « mauvais esprit ». Ha ! ha ! ha ! C’est ainsi que je découvris à 14 ans que j’étais doté pour la vie d’un mauvais esprit ! La bonne blague. Autant vous prévenir tout de suite, ma ridicule mésaventure n’a aucune commune mesure avec ce qu’il se passe dans le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2019

247 Rue Taur !

  Figurez-vous qu’il existe encore des « cafés littéraires » organisés par des associations amoureuses des livres. Je les félicite. J’en ai même rencontré une qui se trouve à Saint Nazaire (66). L’association s’appelle l’oyat nazairien (www.oyatnazairien.e-monsite.com) Je suis même invité à une de leur soirée le onze avril prochain. Pour préparer ma venue, je suis allé écouter un soir une écrivaine invitée. Elle s’appelle Danielle Boissé. J’ai bien aimé comment elle s’est présentée : Franco-américaine qui écrit... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2019

246 Parfois je suis trop impoli sans le savoir !

C’est la phrase emblématique qui se répète tout le long du roman, « moi Michel, parfois je suis trop impoli sans le savoir ». Et donc c’est l’histoire du Congo (Brazzaville) contée par un petit malin, le Michel en question, qui a tout compris mais qui joue à l’innocent. Et qui me demanderez-vous se cache derrière ce petit malin qui raconte l’histoire de Papa Roger et maman Pauline pendant la République démocratique du Congo ? Et bien, c’est le gros malin d’Alain Mabanckou ! Maman Pauline dit souvent que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2019

245 Danger !

Lire peut être dangereux. Un lecteur inconscient entame un livre avec une certaine vision du monde et peut le finir avec une autre. Ensuite cela l’oblige à modifier sa vie. Chacun sait que changer de vie ne va pas sans bouleversements importants et souvent déchirants. Il est donc possible d’affirmer que lire change la vie. Ces quatre mots « lire change la vie » affichent un air de banalité alors qu’ils sont d’une redoutable réalité. Je le sais depuis mon adolescence, moi qui me suis gavé de romans à l’index (liste... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2019

244 La vérité est complexe !

Après avoir visionné la vidéo sur laquelle des gilets jaunes excités insultent le philosophe Alain Finkielkraut sous une forme antisémite, je ne peux qu'être révulsé par leurs méthodes et j'affirme ici ma solidarité avec la personne insultée. Il y a quelques mois j'ai écrit une lettre à Alain Finkielkraut en accompagnement de mon livre "vous saurez tout sur Marc Dubois sans l'avoir jamais demandé", lettre dans laquelle j'exprimais mon désaccord avec ses thèses et en particulier celles de son livre "l'identité malheureuse" pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 février 2019

243 Ignorance !

 Je n’avais jusque-là jamais rencontré un Juif, en tout cas de manière consciente. Je ne parle pas de ceux du sanhédrin que je fréquentais à la messe chaque matin. C’est dire dans quel pétrin, mon ignorant enseignement dans ce domaine me propulsait. Je le découvris par petites doses. Pendant les cours d’art dramatique, entre deux déclamations, descendues de scène, elles se moquaient de mon Jésus, me faisant malicieusement remarquer que lui aussi était Juif. Une vérité tellement criante que je n’y avais pas prété attention. Ce... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]