24 mai 2017

191 "Je suis un homme seul"

Toi c’est toi et lui c’est lui. Toi aujourd’hui tu penses d’une certaine façon, mais dans ta jeunesse, tu étais un autre, tu étais lui. Chaque époque fait sa propre révolution culturelle. La sienne à lui, épousa d’abord la culture américaine (Elvis Presley, le rock, le blues, le jazz…et anglo-saxonne, les Beatles…les Rolling Stones, mais aussi Kennedy, James Dean, Marylin Monroe, West Side Story, Hemingway, Faulkner, et j’en passe, pas forcément meilleurs) tout en étant accro aux trois chanteurs emblématiques de la chanson francophone... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 04:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2017

190 Radicalisations(S)

Ce vieux mot s’est emparé de l’actualité. Il sert à expliquer ou comprendre (ce qui en aucun cas ne signifie excuser) les évènements dramatiques que nous avons vécus et que nous vivons toujours, qui ont causés beaucoup de morts innocents. Il semblerait que de plus en plus de nos contemporains oublient ou ignorent que le seul bien qui appartient à chacun d'entre nous en vrai sur cette terre est notre vie. Ainsi, en ce moment, beaucoup de gens tombent raides dans la radicalisation. Pour celles et ceux qui gardent les yeux braqués sur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

189 Contrat social

Ce n'est pas un roman, ce n'est pas une belle histoire, c'est un essai sur l'histoire du socialisme et de la social-démocratie dans les pays occidentaux. C'est très actuel et très important. En voici quelques extraits. Aux yeux d'Adam Smith, cette adulation aveugle de la richesse pour la richesse n'était pas seulement rebutante. Elle était aussi potentiellement destructrice de l'économie commerciale moderne, qui avec le temps risquait de miner les qualités mêmes que le capitaliste, dans son idée, avait besoin d'entretenir et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2017

188 Retour à l'origine du blog !

Le roman que je finis est du même auteur que celui qui inaugure la première chronique postée sur ce blog il y a quatre ans. Je disais que j’avais été fou de lui. Le titre même du blog (lire sa vie) provient de ce que je ressentais quand je lisais ses romans. L’écoutant un de ces jours derniers sur France Culture, je l’entendis dire cette phrase (je transcris de mémoire) « écrire, pour moi, c’est écrire pour la littérature ». Je suis resté sidéré. Je pensais qu’il écrivait pour moi, j’y avais toujours cru, et il m’avait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 mars 2017

187 La vie la mort (tout ça) !

Comme chacun le sait, le vrai nom de la mort, c’est la mort, comme l’écrit cet auteur que j’aime beaucoup lire. Ce n’est évidement pas joyeux. Moins pénible paraît-il est de parler de disparition, de départ,  untel nous a quitté, qui de nos jours annonce sur les médias que telle ou telle personnalité est morte ! etc. Tout le monde le sait, même ceux qui essaient de ne pas y penser, il faut y passer. Passer vers quoi, par où, par quoi, on ne le sait pas, du moins avec certitude, ce qui suscite chez certains une croyance... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2017

186 Elections...

En Mai 68, fleurissait partout le slogan élections…pièges à cons. Je pourrais l’expliciter aujourd'hui de la manière suivante : comme les manifestants n’avaient aucune chance de remporter quelque élection que ce fut, mieux valait perdre contre des cons que d’en être. De toute façon, en y réfléchissant bien, perdre des élections et ne pas voter ou voter nul revient au même, c'est-à-dire on perd de toute façon, car même si on pense ne pas perdre en n’ayant pas voté, on reste finalement à la merci de ceux qui ont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2017

185 La vraie vie !

Selon L., l’amie d’une romancière connue en panne d’inspiration dans le roman qui vient, notre époque attend des romanciers qu’ils racontent la vraie vie plutôt que des fictions. C’est beaucoup plus fort et intéresse davantage les lecteurs d’après elle. J’ai ressenti aussitôt que j’étais en accord avec cette L., me souvenant opportunément de ma propre tentative de raconter la vraie vie aventureuse, la mienne. Mais mon manuscrit n’a pas eu le succès escompté auprès des éditeurs, pour le dire simplement, ils s’en sont et Dalida comme de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 février 2017

184 Chevaux

   Il m’arrive de rêver d’écrire aussi bien que lui. Or quand j’essaie d’approcher son style si dépouillé, dépouillé à l’extrême devrais-je dire, je n’exprime pas la moitié de ce que je voudrais, alors que lui dit tellement plus qu’il n’écrit. C’est incroyable. Dans ce roman, il raconte trois histoires à la fois, ramassées dans la paume d’une seule main. Le passé et le présent (et peut-être l’avenir), ne se racontent qu’au présent. Il dit qu'il n’a pas de temps pour les temps. Et ses mots simples... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2017

183 Trois continents

(Taiye Selasi - emprunté à Wiki) Je me suis confronté avec un plaisir infini à une incroyable écriture même s’il s’agit d’une traduction de l’anglais. Cette écriture est formidable en ce qu’elle nous fait voir, ressentir, regarder les choses, vivre les actes, réfléchir les pensées, observer l’âme, comme si nous étions embarqués dedans ou pour l’exprimer d’une autre façon, comme si nous étions la caméra portée par les frères Dardenne poursuivant Rosetta (pour les chanceux qui ont vu le film éponyme). Le sujet n’a rien à voir avec... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 janvier 2017

182 Les traces

   Un mien copain facebookien parle excellemment des bouquins qui lui tombent sous la main (romanslus.canalblog.com). La lecture d’une de ses critiques pertinentes m’a convaincu il n’y a pas si longtemps de lire un auteur que je connaissais sans l’avoir jamais lu. Je lui rends grâce. Ce livre, je l’ai dégusté. Je l’ai lu par courtes rasades dont pour chacune je me suis régalé tant la langue est sublime et l’expression profonde. Il s’agit pourtant d’un thème gravissime : l’esclavage des Noirs d’Afrique et ses... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]