30 septembre 2012

4 Murakami mon amour

Un type qui a étudié la tragédie grecque à l’université de Tokyo,  puis qui a ouvert une boîte de jazz, ne peut être que quelqu’un de formidable. À mes yeux en tout cas. Raison de plus s’il est Japonais. C’est ce que je me dis. Murakami, c’est Haruki pour moi et il est tout ce qui a de plus Japonais. Ne vous perdez pas en conjectures fantasques, ceci n’est pas une demande en mariage gay. Je ne suis pas sûr d’ailleurs qu’il apprécierait. Par cette déclaration d'amour, je veux tout simplement dire que ce type a vraiment... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 septembre 2012

3 Fou de Djian

Je le reconnais volontiers, il fut un temps où je fus fou de Djian. Philippe Djian. C’est arrivé subrepticement. C’est encore la faute à la mère. D’une manière indirecte comme on peut l’imaginer. Elle avait trouvé insupportable le début du film 37°2 le matin qui s’ouvre sur une scène d’amour. Ça a duré au moins un quart d’heure, racontait la mère. Comme je n’ai pas vu le film, je ne sais pas si elle exagère. Au moins cent fois elle avait failli quitter la salle. C’est ainsi que Djian s’est immiscé dans ma vie. J’ai aussitôt acheté le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2012

2 Des fois, ça me prend...je peux pas m'empêcher !

Marche des femmes kabyles contre le port du voile (ci-dessus)   Sévillanes manifestant pour le port du niqab (ci-dessous)       Dans son livre de souvenirs, "Autres rivages", Nabokov décrit une aquarelle qui était accrochée au-dessus de son lit quand il était enfant. Il s'agit d'un paysage où un étroit sentier s'enfonce au coeur d'une épaisse forêt. Sa mère lui raconta un jour l'histoire d'un petit garçon qui avait suivi ce sentier et que personne n'avait jamais revu. Et chaque soir, dans ses prières, le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 septembre 2012

1

On ne devrait pas vivre sans lire. Mais lire sa vie,  n'est-ce pas un peu particulier ? C'est par exemple éprouver un sentiment profond et se souvenir d'un roman en même temps. C'est aussi lire un passage émouvant et décrypter une sensation que l'on ressent. Là, tout de suite, par exemple, je vous offre ceci : L'air frais du dehors m'a fait du bien. J'ai proposé à Betty de faire un petit tour avant de rentrer. Elle m'a pris par le bras en hochant la tête. Il y avait déjà quelques petites feuilles sur les arbres et l'air... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,