09 mars 2014

80 Binche (carnaval)

  Binche n’est pas la ville de ma naissance. Et pourtant elle éveille mes sens. Pas tous les jours, car la ville en elle-même n’a rien de bien attractif, n’en déplaise aux Binchois à qui je ne voudrais pas faire de peine. Il y a les remparts, l’hôtel de ville, le musée, et cela s’arrête là.      Pourtant, il y a un plus oultre qui occupe l’esprit et le temps de tous ses habitants. C’est le carnaval évidement. Binche vit toute l’année pour son carnaval. Binche sans son Gille n’est rien. C’est ce Gille,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2014

79 Katmandou !

En 1967, Geneviève était une belle et grande jeune femme de vingt ans. Elle quitta son pays natal, la morne Belgique qu’elle trouvait trop plate, pour s’en aller à Katmandou. Elle ne prit pas l’avion, elle s'en fut à pied, étant en général prise en charge par des automobilistes compatissants ou des routiers esseulés qui s’arrêtaient au bord de la route. Elle traversa la Yougoslavie, la Bulgarie, la Roumanie, la Turquie (où elle teignit sa longue chevelure blonde en brun, regroupant ses cheveux dans un chèche),... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 février 2014

78 Mon cerveau m'enquiquine !

Suite à des dysfonctionnements répétés de mon cerveau, qui rendent mon corps tendu, en état de manque permanent, dépendant de toutes sortes de choses et de personnes, et surtout d’un avenir meilleur illusoire, un jour, il y a quelques années déjà, j’ai décidé d’y envoyer un observateur. Il fallait que je tire cette affaire au clair. La tâche que je confiai à cet observateur était (et est toujours) d’observer à la loupe ce qui s’y passe et de me le rapporter tel quel. J’insiste beaucoup sur le tel quel. Cette « méthode »... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 09:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
09 février 2014

77 La muette

La muette est la vie même. Elle est la vie en elle-même écrasée sous la botte d’un Mental Tyrannique extérieur, en d’autres termes, une idéologie oppressive totalitaire qui, en Iran, sévit sous la forme du pouvoir tentaculaire des mollahs. Ils oppriment le peuple du dedans comme du dehors. Du dedans, par la pensée répressive intégrée de la belle-sœur de la Muette qu’elle héberge, et du dehors par l’inquisition permanente des envoyés du Comité du quartier pauvre où habite la famille. Car les mollahs, voyez-vous, vivent du commerce de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2014

76 Dieu porte la barbe !

C’est toujours pareil avec les « tradis », il faut regarder sous le tapis pour comprendre. Pourquoi n’acceptent-ils pas qu’une minorité (les ci-devant homosexuel-le-s) ait les mêmes droits que la majorité hétérosexuelle avec le mariage pour tous ? La loi est pourtant votée mais ils continuent de s’acharner (au risque de piétiner la démocratie ?). Si vous regardez la surface du tapis, ils ont balayé (vite fait) toutes les poussières repoussantes…non ils ne sont pas homophobes, non ils ne sont pas racistes, oui, ils... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2014

75 Le blues de la chipie

   Dans l’État du Mississipi, les serpents pullulent. Il paraît. Je n’y suis jamais allé. Il y en a de toutes sortes, il paraît, des venimeux et des non venimeux, des serpents d’eau et de terre, des serpents agressifs qui se dressent face aux hommes, et des peureux qui fuient au moindre bruit, il y en a de gros et des fins, des courts et des longs et enfin, il y en a de toutes les couleurs. Dès leur plus jeune âge, les enfants de l’État du Mississipi apprennent à se méfier de leurs endroits de prédilection. Il paraît. Je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2014

74 J'aime tout ce que je ne ferai pas !

Quand je pense à tous les films émouvants que je ne verrai pas, tous les livres chocs que je ne lirai pas, tous les gens passionnants que je ne rencontrerai jamais, tous les voyages extraordinaires que je ne ferai plus, les pays incroyables que je ne visiterai jamais, alors que j’ai tellement de temps à moi, et plus encore, toutes les musiques sublimes que je reçois par Facebook que je n’écouterai pas, les articles pertinents qu’on m’envoie par la même voie que je ne consulterai pas, je me dis que nous vivons une époque inouïe de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 janvier 2014

73 A la chinoise !

Quand j’étais petit et que je boudais devant mon assiette, on me disait toujours « pense aux petits Chinois qui meurent de faim ». Je ne dois pas être le seul de ma génération à qui on a rebattu les oreilles de pareilles sornettes. Je lisais aussi Tintin et voyais les calamités naturelles qui s’abattaient sur ce pays immense (voir Le Lotus Bleu de Hergé). Il n’y avait pas que des catastrophes naturelles d’ailleurs, mais ça, je ne l’apprendrais que plus tard, il y avait aussi l’invasion nipponne et les concessions étrangères... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 décembre 2013

72 Cadeau de Noël

 S’il y a un cadeau de Noël que nous avons tous en partage, un jour ou l'autre, c’est bien la solitude. Elle éclate comme un fruit mûr au paroxysme de la consommation et des rites familiaux. Qui y a-t-il de plus solitaire qu’un Père Noël ? Y avez-vous déjà songé ? Il se coltine tous les jouets sur son traîneau, toujours tout seul avec ses rennes. Nous sommes tous des Pères Noël en puissance. Cette solitude nous accompagne tout au long de l’année mais n’est jamais aussi belle que le jour de Noël. Nous avons beau faire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2013

71 Et moi, émoi et moi

  Je n’ai jamais bien ressenti mon identité. Ou bien ne m’en suis-je jamais trop préoccupé ? Ou bien allait-elle de soi ? Je ne sais pas. Chacun de nous a une identité normalement, non ? À partir de celle qui est imprimée sur des papiers. Des papiers d’identité justement. Disons que je ne me suis jamais senti doté d’une identité précise. Elle était peut-être si légère que je ne la percevais pas, même si elle s’est un peu étoffée avec le temps. Ce que j’étais émanait de toute façon de tout mon être. Avec le recul,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]