30 juillet 2013

52 J'adore Mo !

Je ne voudrais pas faire un mauvais procès au quotidien Libération après avoir étrillé une de ses sélections d’été (voir chronique n°51), d’autant que je lis avec une fureur toute régénératrice un autre roman issu de cette même sélection. J’en avais choisi trois en réalité. Je n’ai pas trouvé « l’avenir dure longtemps » de Louis Althuser. Présenté comme une sorte de biographie, quelqu’un de ma génération et avec mon histoire ne pouvait passer à côté. Sans parler du titre. Et bien, je suis quand même passé à côté, au moins... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juillet 2013

51 Tout sens unique est appelé à être inversé (un jour)

  Dans sa sélection de livres (de poche) à lire pendant l’été, le quotidien Libération avait mis en avant « Fureur » de Chochana Boukhobza (folio). J’ai dit « Tais-toi » à mon petit doigt qui d’ailleurs était resté muet cette fois et je l’ai acheté. Pas seulement, puisque je l’ai lu en entier, c'est-à-dire jusqu’au bout, et pour être encore plus précis page après page. Il n’y a pas à dire, c’est bien écrit.     Jamais, au grand jamais, je n’aurais écrit de chronique à propos de ce roman !... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 juillet 2013

50 Ruwen Ogien (et Paul)

   J’ai eu le privilège dernièrement de passer quelques jours merveilleux avec Paul, chez lui, d’où la vue sur le golfe de Saint Tropez est imprenable. Remarquez bien le « e » de golfe. Je le dis parce que c’est une de nos divergences idéologiques, Paul étant attiré par la pratique du golf tandis que moi je l’exècre. En fait, Paul et moi, ce qui nous attire, c’est ce qui nous sépare et nous permet de discuter interminablement. Il aime le golf, je suis idéologiquement contre. Il est plutôt conservateur, je suis... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 juillet 2013

49 Et on m'appelle (èèèl) l'occidental...

  J’ai croisé la route de Samira C. en juin 1992. À l’époque, cette accorte Tunisienne d’une quarantaine d’années, offrait généreusement à la vue de ses interlocuteurs une longue et ondulante chevelure de jais qui lui tombait sur les épaules. Il me semble me souvenir qu’elle était célibataire, riche et cultivée. Elle parlait un français impeccable. J’eus le privilège de la promener dans ma modeste voiture (elle désirait visiter Sète). J’en profitai pour introduire en son honneur dans mon autoradio, une cassette de Raï dont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 juillet 2013

48 Ahmed (et moi)

  Ceux qui lisent régulièrement mes chroniques connaissent bien Ahmed. C’est mon ami algérien. Nous avons l’habitude de déjeuner ensemble de temps en temps dans de petits restos en ville, selon nos envies. J’aime bien Ahmed. Je crois qu’il m’apprécie aussi. Ahmed a l’esprit critique très développé, sauf en ce qui concerne l’Algérie. Mais il a une explication tout à fait rationnelle pour le justifier : tout le monde tape sur l’Algérie (surtout en France), il faut donc bien quelqu’un pour la défendre. Il prend ce rôle très à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
20 juin 2013

47 L'aventure, c'est l'aventure !

  Heureux qui comme mon voisin est né au pied de son pommier. Il y sera enterré. Pour un montagnard, ce sera au pied de son sapin, pour un Corse, au pied de son châtaignier et pour un petit gars du sud, au pied de son platane. Voilà bien une phrase que je n’ai jamais prononcée ! Être enterré, d’ailleurs, ne m’a jamais convenu. Tant qu’à mourir, je préfère me disperser au gré des vents dans un paysage sans arbres, plutôt sec et rocailleux. Sentir le vent doux éparpiller mes particules élémentaires au milieu des vignes face à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2013

46 Retour sur les possibles

  Il n’y a pas si longtemps, je suis retourné me promener dans la rue de mon enfance. Je n’y étais plus passé depuis au moins vingt ans. À mon grand désarroi, rien n’était plus comme avant, rien de ce qui était gravé dans mes souvenirs en tout cas. Je pensais à l’arbre sur lequel j’adorais grimper pour observer mon monde de haut : disparu ! Aux châtaigniers du jardin : convertis en planches, depuis belle lurette sûrement. Quant au petit bois et son petit pont de bois : transformé en lotissement. Et je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:56 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
06 juin 2013

45 Jérôme Ferrari (et moi) !

(Toutes les photos de phare de cette chronique - dues au talent de Zahira Dris/Zaz la Bônoise - sont une tentative désespérée pour éclairer les zhéros de Ferrari, perdus dans un brouillard opaque (camarades) opaque opaque opaque !)   Je suis coupable. Je suis coupable de me sentir coupable. Déjà. Je croirais presque que je n’y peux rien puisque ce sentiment m’a été inculqué, inoculé, dans ma plus tendre enfance. Je suis donc tombé dedans tout petit. Il fait partie de ma constitution. Ce n’est pas un corps à moi étranger. Il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 mai 2013

44 Changement de civilisation !?!?:;/pfff

  Il paraît que nous changeons de civilisation et qu’il ne faudrait pas. De toute façon, cela ne se décrète pas, voyons. On s’en aperçoit toujours quand il est trop tard. Selon certains, il eut mieux valu en rester au « baiser pour procréer », ou, selon la principale boutique concurrente, « accepter tous les enfants que D-dieu nous donne ». Car, selon ses porte-paroles officiels et officieux, D-dieu veut couvrir la terre de petits religieux. Car ils nous racontent que D-dieu est un grand cabotin, il n’aime... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
23 mai 2013

43 Buisson ardent

(Moïse et le buisson ardent - synagogue de Doura Europos - Wikipédia)  Même si certains tweeters de gôche tentent avec leur petit briquet d’enflammer l’opinion, ils ne peuvent rien contre les lance-flammes de leur co-extrémité. Car ceux-ci en appellent à une certaine identité éternelle et religieuse de la FFraaaance, qui serait concurrencée (et jusqu’à menacée, figurez-vous) par une autre, anciennement soumise et colonisée. À les écouter, nous ne saurions plus qui nous sommes, savoir du lard ou du cochon. Une France... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,