08 novembre 2012

12 La jouissance d'être (bis) (J'ai trouvé le mode d'emploi)

Nom d’un petit bonhomme, me suis-je dit à moi-même dans mon for intérieur, la décortication de l’idéologisme par Misrahi est franchement explicite. On ne peut pas faire plus lumineux. Pour tout dire, ces explications m’ont transpercé au point de me transformer en idéologisant repenti. Mea Culpa, on ne m’y reprendra plus, c’est promis. Par la suite, j’ai persévéré et dévoré à petites doses quotidiennes les autres chapitres de ce livre. Eh bien, figurez-vous, ma vie s’en est trouvée métamorphosée. Je vous assure que c’est la vérité. Cet... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2012

11 La jouissance d'être (j'ai épousé un communiste - la suite)

Il fut un temps où j’avais un faible pour France Culture. Je m’efforçais à l’époque de me reconstituer un lointain passé d’intellectuel. J'avais tout bazardé pour me lancer corps et âme dans la vie. Au lu de la précédente rubrique, on pourrait appeler ça l’effet Zorba. En écoutant attentivement France Culture, je redevenais un étudiant zélé. Je me tapais parfois des platrées insensées. J’étais devenu addict des journaux parlés de 12h30 et 18 h. J’attrapais mon petit poste de radio, m’asseyais sans bouger à ses côtés et écoutais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 octobre 2012

10 J'ai épousé un communiste

Je me suis toujours demandé si mes lectures avaient influencé le cours de ma vie. Et si elles continuent de le faire. Chacun se pose des questions à sa mesure. Ou selon ses besoins ou encore par nécessité (ça suffira comme ça !). De cette interrogation est d’ailleurs né ce modeste blog. Je prends un exemple. Je devais avoir vingt ans et des broutilles quand j’ai lu Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche. J’étudiais l’agronomie à l’époque. N’y voyez aucun rapport. Eh bien, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris, ou plutôt,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:30 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 octobre 2012

9 Corsitude

Une fois n'est pas coutume, j'accueille sur mon blog un commentaire de lecture d'André Blanchemanche. Je trouve ce qu'il écrit particulièrement pertinent et intéressant. De plus, il écrit bien. Je lui ai bien sûr demandé l'autorisation. En tout cas, je sais quel est le prochain roman que je lirai.   « Murtoriu » BIANCARELLI Marc (Actes Sud) par André Blanchemanche Le Lecteur se souvient des quelques phrases qu’il apposa sur la page d’un blog qui se consacre de bien belle manière à faire connaître la littérature corse.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 octobre 2012

8 Amélie Nothomb, nippon.

Amélie Nothomb m’agace. Pas vous ? Cette espèce de momie à galurin, peinturlurée comme une geisha, me déclenche un herpès dès que je la vois (en peinture) à la télé, ou sur une photo de magazine. Il paraît que nippon en japonais signifie « soleil levant ». Il me semble qu’elle a tout du soleil couchant, plutôt. Elle a même parfois cette beauté agonisante que seuls les crépuscules peuvent déployer. Elle agrave son cas, je trouve, en publiant un roman par an, qu’elle vend incroyablement bien. C’est vraiment insupportable.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 09:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 octobre 2012

7 Paul s'accroche aux branches (de la philo)

Depuis qu’il s’est fait arnaquer un mois de sa pension au DAB, Paul ne va pas bien. C’est ce qu’il m’a dit. Je le comprends, on le serait à moins. Il n’ose plus sortir. Il tourne en rond dans son salon. La déprime le guette. Il ne peut plus regarder un DAB, même en peinture. Il se prenait pour un jeune homme libre, avant, il se retrouve en vieux con cloîtré, après.  Je suis bien obligé de constater que le mal semble profond qu’il n’y paraît. Quand il m’a téléphoné pour exprimer son désarroi, je lui proposé d’avancer notre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 octobre 2012

6 Paul lit Ellroy et rigole (il ne devrait pas)

Paul Dubois fait partie de mes amis. Je le connais bien. C’est un gars normal. Nous sommes tous des gens normaux, nous répètent inlassablement les experts. Il en va de Paul comme du président. 20% des personnes de son entourage déclarent l’adorer, 20% déclarent le détester ou ne pas l’aimer, le reste fait avec lui et oscille entre les deux, selon ce que fait Paul avec eux. Moi je l’aime bien, même s’il m’exaspère parfois. Paul est un homme vieillissant mais qui sait rester actif. Même entré de plain pied dans la retraite, il met un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2012

5 Murakami mon amour ! (bis)

Un véritable amour ne dure que trois ans, prétend un auteur qui a la faveur des médias. Celui-ci a duré six romans (Kafka sur le rivage ; la balade de l’impossible ; la fin du temps ; la course au mouton sauvage ; les amants du spoutnik ; au sud de la frontière, à l’ouest du soleil). Je ne lisais plus qu’Haruki. Je ne voyais qu’avec ses yeux. Je ne pensais qu’à lui (jour et nuit). Bref, il comblait tout mon univers. J’étais un homme heureux.   Puis un beau jour (ou une belle nuit),... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 septembre 2012

4 Murakami mon amour

Un type qui a étudié la tragédie grecque à l’université de Tokyo,  puis qui a ouvert une boîte de jazz, ne peut être que quelqu’un de formidable. À mes yeux en tout cas. Raison de plus s’il est Japonais. C’est ce que je me dis. Murakami, c’est Haruki pour moi et il est tout ce qui a de plus Japonais. Ne vous perdez pas en conjectures fantasques, ceci n’est pas une demande en mariage gay. Je ne suis pas sûr d’ailleurs qu’il apprécierait. Par cette déclaration d'amour, je veux tout simplement dire que ce type a vraiment... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 septembre 2012

3 Fou de Djian

Je le reconnais volontiers, il fut un temps où je fus fou de Djian. Philippe Djian. C’est arrivé subrepticement. C’est encore la faute à la mère. D’une manière indirecte comme on peut l’imaginer. Elle avait trouvé insupportable le début du film 37°2 le matin qui s’ouvre sur une scène d’amour. Ça a duré au moins un quart d’heure, racontait la mère. Comme je n’ai pas vu le film, je ne sais pas si elle exagère. Au moins cent fois elle avait failli quitter la salle. C’est ainsi que Djian s’est immiscé dans ma vie. J’ai aussitôt acheté le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]