14 décembre 2016

181 Sans nom et sans voix !

  C’est un garçon qui n’a pas de nom. Il est pourtant bien vivant. Il est né quelque part dans le sud de la France. Il vit dans une contrée aride aux côtés d’une femme qu’il suppose être sa mère. Il ne parle pas, elle lui parle, il comprend. Quand elle meurt, il fait ce qu’elle lui a dit de faire dans cette éventualité, puis il part seul sans rien dans les mains ni dans les poches avec un cœur gros comme ça, pas de chagrin, encore que, mais de ce qu’il lui faut pour affronter l’aventure dans la nature. Il se méfie des humains... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2016

180 Vingt trois ans après !

Revenir vingt trois ans après au pays de son enfance. L’endroit où vivent père et mère et toutes les branches de la famille. Revenir enfin longtemps après la mort des parents, alors qu’on n’est pas venu pour les enterrer. Revenir alors qu’on est devenu un écrivain célèbre. Retrouver les mêmes gens comme ils étaient avant, alors que tout a changé. L’idéologie marxiste passée aux oubliettes, l’idéologie évangéliste en train de prendre la place. Au milieu, la vie continue. Les hommes courent après les femmes. Les femmes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2016

179 Addiction !

  Où est la frontière entre liberté et addiction, me suis-je benoîtement interrogé ? Je ne parle pas de l’addiction des fumeurs, libres de fumer mais apparemment incapables d’arrêter. Certains même se vantent qu’ils ne veulent pas arrêter de fumer au contraire de la plupart qui le souhaitent par peur de mourir en fait, dixit Raphaël Enthoven lu sur FB. En quelque sorte ils prétendent choisir leur mort ! Je ne suis pas certain que mon grand ami Olivier ait choisi délibérément de mourir à quarante ans d’un décollement de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 novembre 2016

178 Grand pays dit civilisé !

  Cinq cent pages en compagnie de « sauvages », je n’ai pas hésité à me le procurer. Comme l’écrit la narratrice en exergue de son premier carnet « Franchement, vu la façon dont j’ai été traitée par les gens dits « civilisés », il me tarde finalement d’aller vivre chez les sauvages. » Dans la vraie vie, les Indiens ont toujours fini par être massacrés. C’est là une des origines des Etats-Unis. On retrouve cette violence dans la domination du monde et dans les interventions du cow-boy... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2016

177 Métissage !

     Il y a différentes façons d’appréhender la culture. Une d’elle est de l’aborder en spectateur. Je vais au spectacle ou je condescends à l’humanité par la lecture d’un livre, en bon bourgeois que je suis. Même si je suis choqué à la fin du spectacle qui me prend à témoin, voire qui tire sur moi en balles à blanc bruyantes, je reste néanmoins spectateur. Après le spectacle ou à la fin du livre, choqué ou pas, je rentre ou je suis chez moi, bien au chaud dans ma vie sans bavure, sans fracture, sans... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2016

176 Le Liban n'est plus ce qu'il était !

  Je ne sais si c’est parce que l’histoire se déroule au Liban, pays que je connais un peu pour y avoir séjourné plusieurs fois au titre de missions (soit pour le Comité Olympique International (solidarité olympique), soit pour les ministères des sports français et libanais), que je me suis procuré ce livre. Je ne sais si c’est parce qu’il y est question de femmes, sujet qui m’intéressera toujours. Je ne sais si c’est parce que le narrateur de cette histoire est le chauffeur d’une famille libanaise riche et dominante, moi qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2016

175 Napolitano !

  Je ne savais pas qui était interviewé ce midi là sur France Culture mais j’étais attiré par la voix rocailleuse et attrayante qui roulait les r dans un français maîtrisé mais à l’accent étranger. Cet écrivain dont je n’arrivais pas à discerner le nom, chaque fois que la présentatrice (Olivia Gisbert) le nommait, disait des phrases qui m’épataient. Du genre de celle-ci (approximativement et de mémoire) par exemple : je n’aime et ne lis en littérature que ce qui me touche dans ma vie de tous les jours et qui m’apprend... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 septembre 2016

174 Corps et esprit !

J’ai toujours vécu la dualité corps-esprit comme un duel plutôt qu’une fusion, comme si l’esprit pouvait s’opposer au corps ou inversement. Je me suis englué la jeunesse dans cette contradiction malheureuse. Dans ma réalité supposée, mon corps avait tendance à l’hédonisme alors que mon esprit s’adonnait avec obstination au masochisme. Ça tirait à hue et à dia. C’était un drôle d’équipage, pas tellement apte à vivre une vie tranquille. Il ne fait aucun doute pour moi que l’origine de cette structuration antagonique réside dans mon... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2016

173 Terreur enfouie

Adolescent, j’adorais les films de western. Je prenais parti pour les Indiens (quand il y en avait), même quand ils étaient présentés comme des bêtes sauvages et féroces. Je les préférais de loin aux colons chrétiens civilisés. Peu de westerns présentaient les Indiens sous un angle sympathique. Malheur aux vaincus.   Bien plus tard, j’ai adoré Little Big Man d’Arthur Penn que j’ai dû voir plus de cinq fois. J’appréciais surtout les moments où Dustin Hoffman « était » Indien. J’ai toujours trouvé les Indiens plus... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2016

172 Rio !

Je me rends compte que je viens de finir un roman le jour du démarrage des JO de Rio ! Et alors me direz-vous ? Et bien ce roman parle du Brésil. Ce qui voudrait dire que mon petit doigt s’est laissé influencer par l’actualité en choisissant ce roman. Mais pas du tout, figurez-vous ! Et puis ça n’a aucune importance, franchement, d’autant que ce roman se passe au 16ème siècle dans la baie de Rio. Copacabana n’est encore qu’une plage entourée d’une jungle obscure peuplée d’Indiens nus et cannibales. Les joutes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]