13 juillet 2016

171 Chi !

(Chi Zijian)  J’aime beaucoup son sourire. Je trouve qu'il émane de cette photo à la fois de la joie de vivre et de la facétie. Et ce qui n’est pas pour me déplaire, bien au contraire, comme son prénom Zijian ne l’indique pas à l’occidental lambda que je suis, c’est une écrivaine, ce que sa photo révèle évideement. Chi prend le contrepied de tous les grands écrivains chinois adeptes des épopées grandioses et truculentes que j’ai beaucoup lu et aimé ("Beaux seins et belles fesses" de Mo Yan, ou "la montagne de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2016

170 Faire ensemble !

En regardant le journal télé de vingt heures de France 2, le jeudi 7 juillet, une heure avant le coup d’envoi du match de foot Allemagne-France comptant pour la demi-finale de l’Euro 2016, quelle ne fut pas ma surprise de voir la communication officielle de la FFF nous montrer Olivier Giroud, l’attaquant de pointe de l’équipe de France, en train de lire un livre sur Jésus, oui Jésus (son droit le plus strict), pour se concentrer avant le match, disait le communiqué . Au même moment, Paul Pogba et Patrice Evra dansaient en se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2016

169 Baiser de loup !

Baiser de loup, baciagalupo, ça se dit en italien, « j’en ai vu des loups, j’ai vu comment ils tuent, aussi, dit le vieil homme des bois à Danny. Je vais te dire à quoi ça ressemble, moi, les baisers du loup. Le loup égorge sa proie. »     (loup paisible) Une vie, c’est quoi ? Des parents en principe et d'abord, puis soi, plus tard une compagne ou un compagnon (ou plusieurs), des enfants éventuellement, beaucoup de gens autour, plus ou moins de sang et de larmes, des rires aussi, et tout ça tient en un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2016

168 Le mont Tahat

J’ai toujours été attiré par le désert. Il représente à mes yeux le paroxysme de la nature (sauvage et non-humaine) et l’endroit idéal pour méditer. À quoi me demanderez-vous ? Réfléchir à la vie tout court, à la sienne de vie, réfléchir hors les pesanteurs qui la plombent dans la fureur bruyante des villes, du travail et des idéologies.     Méditer, n’est-ce pas mourir d’ennui ? Comme dans le désert où il n’y a rien et par conséquent rien à faire ? Personne, aucun bruit, et la mort qui rôde si on... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2016

167 "Survivre, c'est cela notre victoire"!

J’avais soigneusement rangé dans mon portefeuille le petit bout de papier avec le titre du livre que je projetais d’acheter. Je suis entré dans ma librairie préférée. Je suis allé sans détour vers les poches. C’est la première salle en entrant sur la droite. Sur le premier présentoir intitulé « autour du monde », je suis tombé pile dessus. Rien à voir avec celui que je venais chercher, mon regard n’a fait ni une ni deux (j’ai un regard calculateur) et s’est précipité sur lui. En fait le dernier (ou le seul) de l’auteur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 09:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2016

166 "Tu es comme la mer"

Je suis comme la mer, « une présence opaque et silencieuse ». Je suis une non présence infinie, sans limites, sans existence propre, je suis là sans y être, « sans attache », « sans connaître grand monde », je vis auprès d’inconnus, je leur suis inconnu, je suis étranger à moi-même et aux autres,  je suis un moment de flottement parce que « je me suis échiné à nier mes intuitions, j’ai glissé mes doutes sous un tapis de déni volontaire, et puis je me suis abandonné à la vérité, si douloureuse... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 mai 2016

165 Dans la peau de

Quand je me passionne pour un roman, je me retrouve bien vite dans la peau du héros. Je parle bien sûr en général mais il y a sûrement des exceptions, même si je ne m’en souviens pas ici et maintenant. En général donc, au bout d’un moment de lecture, je suis tellement dans la peau du héros que je vis le roman comme lui, en même temps que lui, le roman devient moi en lui. Qu’il soit glorieux ou penaud, peu importe, j’en suis le héros. Ça paraît idiot mais ça me fait réfléchir sur la vie, sur ma vie et plus si affinités. Je vis ainsi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 mai 2016

164 Le plaisir à l'état pur

Faire rouler les mots du livre dans sa bouche, les mâcher, les déguster, les siroter, les sucer, tout ce que vous voulez, procure du pur plaisir. Du premier jusqu’au dernier, je vous jure, et il y a profusion jaillie d’une corne d’abondance d’Afrique, genre délire organisé.  Il est question d’une anonyme humanité en déroute dont les représentants sont qualifiés par des surnoms : Verre Cassé, l’Imprimeur, Robinette, Pampers, Holden, l’Escargot entêté, etc. Cette humanité est planifiée par l’auteur pour décrire le paysage... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:14 - Commentaires [3] - Permalien [#]
24 avril 2016

163 Religion (je pense par moi-même)

Personnellement, je me sens agnostique ressemblant. J’étais dans cet état depuis bien longtemps quand l’islam est entré par effraction dans ma vie utilisant toutes les ouvertures existantes, la porte d’entrée, la porte du garage, celle du jardin et même une intrusion par les fenêtres. (mosquée-cathédrale de Cordoue) Juste après, Bush junior, l’illuminé reborn, est arrivé comme Zorro et n’a rien trouvé de mieux que d’envahir l’Irak, pays arabe très majoritairement musulman. Et vas-y que je te bombarde à tour d’ailes d’avions des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2016

162 Sur le fil (mauvaise passe suite)

  Ce n’est pas du grand Djian, celui que j’ai adoré dans 37°2, aussi bien qu'Echine, mais ça reste du Djian quand même, toujours à la limite des convenances et de la bienséance dans une écriture à rendre jaloux n’importe quel écrivain (sauf celles et ceux qui se croient ailleurs ou au-dessus). Pour moi Djian est un formidable créateur d’atmosphère. Je me laisse emporter par ses paysages incongrus, à la marge, qu’il nous fait passer pour vrais comme si on y était. C’est pareil dans ce roman sauf qu’il m’a moins touché. Voilà,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]