24 mai 2016

166 "Tu es comme la mer"

Je suis comme la mer, « une présence opaque et silencieuse ». Je suis une non présence infinie, sans limites, sans existence propre, je suis là sans y être, « sans attache », « sans connaître grand monde », je vis auprès d’inconnus, je leur suis inconnu, je suis étranger à moi-même et aux autres,  je suis un moment de flottement parce que « je me suis échiné à nier mes intuitions, j’ai glissé mes doutes sous un tapis de déni volontaire, et puis je me suis abandonné à la vérité, si douloureuse... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 mai 2016

165 Dans la peau de

Quand je me passionne pour un roman, je me retrouve bien vite dans la peau du héros. Je parle bien sûr en général mais il y a sûrement des exceptions, même si je ne m’en souviens pas ici et maintenant. En général donc, au bout d’un moment de lecture, je suis tellement dans la peau du héros que je vis le roman comme lui, en même temps que lui, le roman devient moi en lui. Qu’il soit glorieux ou penaud, peu importe, j’en suis le héros. Ça paraît idiot mais ça me fait réfléchir sur la vie, sur ma vie et plus si affinités. Je vis ainsi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 mai 2016

164 Le plaisir à l'état pur

Faire rouler les mots du livre dans sa bouche, les mâcher, les déguster, les siroter, les sucer, tout ce que vous voulez, procure du pur plaisir. Du premier jusqu’au dernier, je vous jure, et il y a profusion jaillie d’une corne d’abondance d’Afrique, genre délire organisé.  Il est question d’une anonyme humanité en déroute dont les représentants sont qualifiés par des surnoms : Verre Cassé, l’Imprimeur, Robinette, Pampers, Holden, l’Escargot entêté, etc. Cette humanité est planifiée par l’auteur pour décrire le paysage... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:14 - Commentaires [3] - Permalien [#]
24 avril 2016

163 Religion (je pense par moi-même)

Personnellement, je me sens agnostique ressemblant. J’étais dans cet état depuis bien longtemps quand l’islam est entré par effraction dans ma vie utilisant toutes les ouvertures existantes, la porte d’entrée, la porte du garage, celle du jardin et même une intrusion par les fenêtres. (mosquée-cathédrale de Cordoue) Juste après, Bush junior, l’illuminé reborn, est arrivé comme Zorro et n’a rien trouvé de mieux que d’envahir l’Irak, pays arabe très majoritairement musulman. Et vas-y que je te bombarde à tour d’ailes d’avions des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2016

162 Sur le fil (mauvaise passe suite)

  Ce n’est pas du grand Djian, celui que j’ai adoré dans 37°2, aussi bien qu'Echine, mais ça reste du Djian quand même, toujours à la limite des convenances et de la bienséance dans une écriture à rendre jaloux n’importe quel écrivain (sauf celles et ceux qui se croient ailleurs ou au-dessus). Pour moi Djian est un formidable créateur d’atmosphère. Je me laisse emporter par ses paysages incongrus, à la marge, qu’il nous fait passer pour vrais comme si on y était. C’est pareil dans ce roman sauf qu’il m’a moins touché. Voilà,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2016

161 Mauvaise Passe !

Incroyable, mon petit doigt s’est foutu de moi ! Ou bien il s’est fait la malle en douce et m’a laissé tomber en vrai. Je viens d’acheter deux « poches », le premier, pourtant très bien écrit, m’a repoussé hardiment au point de m’angoisser mes doux rêves de vacances. Quant au  deuxième, d’un auteur que j’ai adoré, je le poursuis par pure nécessité, je n’ai rien d’autre à lire et pas la possibilité d’aller en chercher. Il est très bien écrit aussi, tout à fait immoral comme sait l’être cet auteur, mais, j’en dirai... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2016

160 Araberbère

 J’ai reçu il y a peu d’Algérie un livre publié aux éditions Casbah, un éditeur algérien qui annonce : « Soucieuses de relayer les mouvements d’idées véhiculant les valeurs de modernité et d’émancipation de l’homme, accordant la priorité la plus résolue à la promotion du savoir et de la connaissance, les équipes éditoriales accueillent les textes d’auteurs algériens mais également, par le biais d’acquisitions de droits de publication pour l’Algérie, des œuvres étrangères suivant des choix thématiques rigoureux ».... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2016

159 Troubles dans le genre !

Si j’avais lu un article ou une critique décrivant le sujet du roman que je viens d’acheter, avant de l’acheter, je suis certain que je l’aurais dédaigné. Mais, comme vous le savez à présent, mon petit doigt s’est montré intraitable avec ma raison raisonnable : devant mon effarement (répétitif) face à l’infinitude du choix, il m’a dit tu prends le bouquin de ce romancier américain archiconnu où tu te démerdes ! Je n’avais plus d’autre alternative que de suivre son « conseil autoritaire » parce que si je devais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 février 2016

158 À bicyclette !

Quand on est enfant et qu’on habite à la campagne, on a forcément un vélo. En tout cas, j’en avais un. Comme l’endroit où j’habitais était un peu excentré, il me fallait un vélo pour aller chez mes amis. Quand je n’allais pas chez eux, je me baladais dans la forêt juste à côté. Il y avait des étangs au beau milieu et j’y allais souvent seul. C’était excitant à dix ans de se promener seul à vélo en forêt en empruntant les sentiers ou les allées. Je jouais à « je n’ai pas peur ». Il y avait les braconniers qu’on pouvait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2016

157 Je n'ai jamais été celui que je croyais être !

Il y a une habitude dont je ne suis jamais parvenu à me débarrasser, c’est celle de me pencher sur mon passé. Pas par plaisir ni par oisiveté, tout simplement quand il me restait au travers de la gorge. Et il m’y est souvent resté.  Chaque fois que je me suis penché sur mon passé, au risque de m’étaler, j’ai découvert que je n’étais pas celui que je croyais être. Je devrais sans doute en conclure que je me prends souvent pour celui que je ne suis pas. En parallèle, je me risque à énoncer  que je ne me prends pas toujours... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]