14 avril 2016

161 Mauvaise Passe !

Incroyable, mon petit doigt s’est foutu de moi ! Ou bien il s’est fait la malle en douce et m’a laissé tomber en vrai. Je viens d’acheter deux « poches », le premier, pourtant très bien écrit, m’a repoussé hardiment au point de m’angoisser mes doux rêves de vacances. Quant au  deuxième, d’un auteur que j’ai adoré, je le poursuis par pure nécessité, je n’ai rien d’autre à lire et pas la possibilité d’aller en chercher. Il est très bien écrit aussi, tout à fait immoral comme sait l’être cet auteur, mais, j’en dirai... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2016

160 Araberbère

 J’ai reçu il y a peu d’Algérie un livre publié aux éditions Casbah, un éditeur algérien qui annonce : « Soucieuses de relayer les mouvements d’idées véhiculant les valeurs de modernité et d’émancipation de l’homme, accordant la priorité la plus résolue à la promotion du savoir et de la connaissance, les équipes éditoriales accueillent les textes d’auteurs algériens mais également, par le biais d’acquisitions de droits de publication pour l’Algérie, des œuvres étrangères suivant des choix thématiques rigoureux ».... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2016

159 Troubles dans le genre !

Si j’avais lu un article ou une critique décrivant le sujet du roman que je viens d’acheter, avant de l’acheter, je suis certain que je l’aurais dédaigné. Mais, comme vous le savez à présent, mon petit doigt s’est montré intraitable avec ma raison raisonnable : devant mon effarement (répétitif) face à l’infinitude du choix, il m’a dit tu prends le bouquin de ce romancier américain archiconnu où tu te démerdes ! Je n’avais plus d’autre alternative que de suivre son « conseil autoritaire » parce que si je devais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 février 2016

158 À bicyclette !

Quand on est enfant et qu’on habite à la campagne, on a forcément un vélo. En tout cas, j’en avais un. Comme l’endroit où j’habitais était un peu excentré, il me fallait un vélo pour aller chez mes amis. Quand je n’allais pas chez eux, je me baladais dans la forêt juste à côté. Il y avait des étangs au beau milieu et j’y allais souvent seul. C’était excitant à dix ans de se promener seul à vélo en forêt en empruntant les sentiers ou les allées. Je jouais à « je n’ai pas peur ». Il y avait les braconniers qu’on pouvait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2016

157 Je n'ai jamais été celui que je croyais être !

Il y a une habitude dont je ne suis jamais parvenu à me débarrasser, c’est celle de me pencher sur mon passé. Pas par plaisir ni par oisiveté, tout simplement quand il me restait au travers de la gorge. Et il m’y est souvent resté.  Chaque fois que je me suis penché sur mon passé, au risque de m’étaler, j’ai découvert que je n’étais pas celui que je croyais être. Je devrais sans doute en conclure que je me prends souvent pour celui que je ne suis pas. En parallèle, je me risque à énoncer  que je ne me prends pas toujours... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2016

156 Rboba !

N’étant pas né en France, ni né Français, l’étant devenu par choix (on pourrait gloser longtemps sur le terme), je suis souvent surpris par la réaction commune à beaucoup de mes compatriotes face à l’Algérie française. Passons sur les bêtises du genre de l’apport de civilisation aux indigènes arabes ou kabyles ou (un étage en dessous) des routes et des constructions réalisées pour eux, oubliant ou niant que rien n’a jamais été fait pour la majorité indigène mais tout pour les colons et autres Français (les ci-devant non-musulmans) qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2016

155 L'Amérique

J’ai couru léger comme l’air pour aller le chercher et suis revenu en marchant car il pèse son pesant de pages, ce bouquin qui traite de l’Amérique. Pas l’Amérique de Joe Dassin, ni celle de ma jeunesse quand j’allais voir mon frère à New-York. D’ailleurs New-York ne représente pas l’Amérique à mes yeux, New-York représente sa statue, un morceau de bravoure du monde entier. NY me suffisait, je n’ai jamais été plus loin, je ne regrette que les parcs nationaux américains, tant pis, trop tard. Ce livre épais que j’ai traîné jusque... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2015

154 Une étoile à Noël !

Le 24 décembre au soir, un peu avant minuit, une étoile est née à mon firmament. Nous étions partis ma femme et moi  dans une chambre d’hôte près de Lagrasse avec l’intention délibérée de ne pas passer le réveillon à deux. Nous avons ainsi rejoint deux autres couples et une famille cathotradi (les parents et leurs deux filles adultes) venue de la Drôme spécialement pour assister à la messe de minuit mise en scène (selon les termes d’une sociologue présente) par les chanoines réguliers de la Mère de Dieu ( !) en l’abbaye... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2015

153 Je suis Haruki !

  Je vous livre une nouvelle fracassante, je suis Haruki Murakami  (traduction, je m’identifie à lui). Je me suis souvent demandé pourquoi j’ai lu tous ses romans (à deux exceptions près) avec autant de plaisir. Il faut que je remonte jusqu’à mon adolescence pour trouver des auteurs dont j’ai à peu près lu tous les romans à la suite : en vrac Gilbert Cesbron, Jules Vernes, Julien Green, Conan Doyle, Graham Greene, Nikos Kazantsakis, Ernest Hemingway, Albert Camus, et j’en oublie, mais je n’oublie pas comment ils m’ont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2015

152 Le temps des vigiles !

Nous traversons une période difficile où même avec le chômage en augmentation, la source des vigiles s'est tarie tellement elle a été sollicitée. Les sociétés de sécurité sont au bout de leurs possibilités de recrutement mais qui se soucient de ces "debout-payés" comme les surnomment Gauz, de ces immigrés que personne ne tenait en considération jusqu'au 11 septembre 2001. Rendons-leur hommage. Depuis l'attentat contre les tours du WTC à New-York, l'eau a coulé sous les ponts du terrorisme tuant des milliers d'innocents en grande... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]