31 octobre 2015

146 Le décoloré recoloré

Je ne sais pas pourquoi j’aime particulièrement cet auteur mais je vais essayer de me l’expliquer de sorte que je ne pourrai plus dire dorénavant que j’ignore pourquoi je l’apprécie tant. En effet, dès que je mets mon nez dans un de ses romans, je savoure, et celui que je viens de terminer doit représenter le 7ème ou 8ème roman que je lis de lui. Pourtant, dans la plupart de ses romans, l’auteur ne nous met pas aux prises avec une histoire incroyable sensée nous tenir en haleine de la première à la dernière ligne. Il n’y a pas non... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2015

145 Ibère menteur !

 D’un seul coup, cinq cent mille personnes trouvèrent refuge en France (pour la plupart à pied)  après la victoire finale du rebelle Franco contre les Républicains espagnols en 1939. Refuge est un bien grand mot quand on sait qu’ils ont été parqués dans des camps, au moins eurent-ils la vie sauve. C’étaient pourtant des antifascistes héroïques, la plupart d’entre eux ont d’ailleurs continué le combat contre le fascisme clandestinement en France et beaucoup furent déportés dans les camps de concentration nazis (environ 9.000... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 septembre 2015

144 Quarante ans d'avance !

D’après mon frère qui vit à New York depuis plus de quarante ans, les Américains auraient toujours et dans tous les domaines quarante ans d’avance sur les Européens et le reste du monde. Je ne sais pas s’il le dirait encore aujourd’hui mais c’est ce qu’il me répétait à l’époque, il y a plus de vingt ans, quand j’allais lui rendre visite. Quand il estimait que sa sentence avait fait son petit effet, il ajoutait, en m’observant du coin de l’œil, quarante ans d’avance dans les choses réussies comme dans les horreurs ou erreurs. C’était... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 septembre 2015

143 Le fascicule de Dieu

Je ne me suis jamais intéressé à mes parents quand j’étais jeune et encore moins au cours de mon adolescence. Je n’ai jamais réfléchi à leur vie. Je ne les ai pas observés pour en retirer un quelconque enseignement pour ma propre vie. C’est du moins l’impression que j’en ai (des années et des années plus tard). J’avais trop à faire avec les études et toutes les impressions mentales et corporelles que je découvrais, sans doute ou peut-être. Je m’élançais dans la vie sans arrière-pensée. Je me dis que j’étais donc un enfant heureux.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 03:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2015

142 L'appel contre les murs (Edouard Glissant - Patrick Chamoiseau)

  4 septembre 2015, 02:12   (…) La tentation du mur n’est pas nouvelle. Chaque fois qu’une culture ou qu‘une civilisation n’a pas réussi à penser l’Autre, à se penser avec l’Autre, à penser l’Autre en soi, ces raides préservations de pierres, de fer, de barbelés, ou d’idéologies closes, se sont élevées, effondrées, et nous reviennent encore dans de nouvelles stridences. (…)   (…) La moindre invention, la moindre trouvaille, s’est toujours répandue dans tous les peuples à une vitesse étonnante. De la roue... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2015

141 Cycle

  La tournure que peuvent prendre les choses en ce bas monde (plutôt bas en ce moment - mais ne vous leurrez pas, on peut toujours descendre plus profond - je suis pourtant un fieffé optimiste - quittons la parenthèse)!  J’avais lu fin juillet une critique du premier roman de Philip Roth (Goodbye Colombus) sur le blog d’André Blanchemanche (romanslus.canalblog.com), et, plus que convaincu, séduit, je m’étais décidé à le lire. Mais pour le lire, il eût fallu que je pusse l’acheter. Et pour l’acheter, il eût fallu... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 août 2015

140 17 ans !

Qui pense à ses dix-sept ans ? Pourquoi dix-sept ans justement ? La fin de l’adolescence, le début de l’âge adulte ? C’est ainsi qu’on le ressent. Encore l’école, bientôt l’université. La liberté. Quitter ses parents et parcourir le monde seul. Pas encore très loin, mais déjà hors de la maison familiale. Pressions de la vie. Se voir un avenir, à construire. Jouir de la vie, insouciant. Libre. (Anna Karina par Bettina Rheims en 1988) Que signifie la liberté à dix-sept ans ? Décider de soi tout seul. Ne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2015

139 Arizona-Istanbul

  Après avoir dévoré un premier roman de cette romancière, (chronique n°134 L'amour, pas la guerre!), dès que l’occasion s’est présentée, je me suis jeté sur un deuxième. Ce qui m’a déterminé, c’est la présence de la ville d’Istanbul dans le titre. En fait le roman se passe entre l’Arizona et Istanbul.   Istanbul m'est apparue comme une fracture. "Coincée" entre Occident et Orient, entre chrétienté et islam. Une incroyable fracture entre modernité et traditionalisme, entre laïcité et religiosité. Quand j’ai visité cette... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2015

138 Des conflits géopolitiques sous couvert de religion

Chères amis et amies, je vous reproduis un article publié dans le "Monde des Religions". Une fois n'est pas coutume mais par les temps mauvais qui courrent, il est essentiel de comprendre.      "Des conflits géopolitiques sous couvert de religion" Propos recueillis par Matthieu Stricot - publié le 22/07/2015 Et si les conflits du Moyen-Orient contemporain n’étaient pas de nature religieuse ? Pour l’historien et économiste libanais Georges Corm, cette approche réductrice de la géopolitique ne sert... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 12:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2015

137 Science-fiction !

  Je n’ai jamais été attiré par la science-fiction. Je n’en ai donc jamais lu. J’en conclus que je n’aime pas. En fait je n’en sais rien et ne le saurai sans doute jamais. On est bien obligé de passer à côté d’un certain nombre de choses, le monde étant tellement diversifié et la vie si courte. Après cette introduction aussi faible d’esprit que la chaleur étouffante et humide étreint mon cerveau futile (je ne sais pas si ce que je viens d’écrire à un sens mais n’ai pas le courage de me relire), je dois avouer que j’ai acheté un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]