06 septembre 2017

203 N'être que soi !

  J’ai lu presque tous les romans de Mohamed Moulessehoul. Depuis ses premiers romans « policiers » pendant la montée de l’islamisme en Algérie jusqu’à aujourd’hui. J’ai été bouleversé quand il a failli être jeté par son éditeur Julliard parce que celui-ci n’acceptait pas que son écrivain soutînt l’armée algérienne pendant la guerre civile, quand en France la suspicion régnait (parmi les gens mal informés ou de mauvaise foi) et que certains se demandaient « qui tue qui » ? Julliard lui avait adressé un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 10:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2017

202 Vieillesse !

  Pas vraiment un titre accrocheur. Mais il faut bien un jour en passer par là ! Je parle de la vieillesse. Cette vieillesse qu’on dit ennemie. Je parle pour ceux qui y arrivent ou qui surnagent déjà dedans. Pour les autres, ceux qui sont partis trop tôt, ils n’y auront pas droit par définition. Je ne sais pas encore s’il faut les plaindre. Question romans, puisqu’il s’agit de cela ici, je préfère bien sûr lire des livres dont les héros sont jeunes, au moins plus jeunes que moi (ça devient très facile et de plus en plus... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2017

201 L'insupportable perfection de l'être

Bonjour Pierre, Je viens de terminer ton recueil de nouvelles "l'insupportable perfection de l'être". J'ai lu une nouvelle par jour, pour me détendre de mes ...travaux de jardinage. J'ai beaucoup aimé.  C'est joliment écrit, et les nouvelles sont diversifiées, avec cependant un fil directeur qui leur donne une cohérence d'ensemble. C'est propice à  une réflexion philosophique sur l'existence. Au plaisir d'en discuter prochainement. Amitiés. Jean-Pierre Leconte.   Vous pouvez vous procurez mon livre à partir du lien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 22:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2017

200 Machiavélique bien sûr !

  Et bien non ! Justement. Si j’en crois l’auteur qui vient, Machiavel n’est pas machiavélique, sa caractéristique est plutôt de s’être spécialisé dans les questions déplaisantes, celles qui cernent au plus près la réalité politique, du genre « ou bien ou bien » et qui s’échappent finalement dans une troisième voie. Ça ne vous rappelle rien ? « ou bien », « en même temps » Machiavel écrit : « J’espère, et l’espoir accroît mon tourment, je pleure, et mes pleurs nourrissent mon... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2017

199 Drôle de vies !

Avec cet auteur, il y a toujours des addictions. Les siennes d’abord. Dans le roman que j’ai lu il y a quelques années (Cet instant-là), tous ses héros fument comme des pompiers. Tout le temps, forcément. Son écrivain, héros principal, ne peut pas aligner deux lignes sur sa machine à écrire (c’était avant l’ordinateur) sans avoir d’abord roulé plusieurs cigarettes. La deuxième héroïne fume encore plus, si c’était possible, que ce soit en RDA ou en RFA. Je n’arrêtais pas de tousser à chaque page ou presque. Cette fois, oublié le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 août 2017

198 Le diable est dans les détails !

  Un bouquin que j’aimais bien de par sa construction intelligente et sa justesse, dont j’ai parlé ici (La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker), a été considéré comme quantité négligeable par une bloggeuse, ce qui est son droit le plus strict. Je n’aime pas cependant le procédé qui consiste à balancer un livre aux orties, sauf si on est critique professionnel, et encore. Je trouve qu’il faut respecter un minimum le travail d’un écrivain. Je ne suis pas critique professionnel et je résous ce dilemme en ne parlant... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 19:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2017

197 Les bras m'en tombent !

Les bras m’en tombent (une de ses expressions favorites) et mon petit doigt avec (je garde la mienne aussi), j’ai commandé sur FB un de ses romans, je ne prenais pas trop de risque (oh que si), vu l’écriture du gars dans ses courtes (pas toujours) chroniques sur FB, elle est forte et regorge de trouvailles en veux-tu en voilà, mais surtout tape en plein là où ça fait mal, et toujours juste, tellement bien son écriture qu’elle me met misérable quand je retourne à la mienne propre (finalement plus si propre). Pas moyen de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juillet 2017

196 Juste incroyable !

On se le répète depuis des centaines de milliers d’années, c’est sûr. On a beau s’y être habitué depuis notre enfance, ça n’y change rien, ça le devient encore de plus en plus en vieillissant. Plus on arrive à s’éloigner de la planète, de plus en plus loin dans l’espace infini puisque personne ne sait où il finit, on a beau se le répéter à chaque instant de la vie, on a beau passer à travers des moments horribles, on a beau subir guerres destructions massacres, bien au contraire et en même temps, ça ne fait que renforcer l’idée que la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2017

195 Régression !

Je ne sais pas ce qui me prend en ce moment, je ne lis que des bouquins qui me ramènent à mes premiers pas lourds et hésitants en ce bas monde terriblement terrifiant. (affiche de propagande du régime de Vichy) Je n’oublie pas que j’ai été conçu juste après le débarquement allié en Normandie en 1944. Ça ne date pas d’hier (genre de réflexions qui commencent à me sortir des lèvres spontanément, bon dieu c’est ça le vieillissement ?) Et pourquoi ne devrais-je pas l’oublier ce débarquement d’il y a près d’un siècle (va pas... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juin 2017

194 L'insupportable perfection de l'être.

Pour une fois, je vais encore parler de moi ! Cette fois ci, de l'écrivant méconnu qui s'est enterré dans un coin de mon cerveau. Il vient de sévir une nouvelle fois en vous proposant un recueil de douze nouvelles contemporaines tour à tour drôles, ironiques, cyniques, érotico-sarcastiques mais aussi dramatiques, jamais éloignées de la vie telle qu’elle va dans la société ici ou ailleurs, autour du thème de la perfection de l’être, accessible à une élite, insupportable pour la majorité engluée dans la banalité. Vous pouvez... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]