Personnellement, je me sens agnostique ressemblant. J’étais dans cet état depuis bien longtemps quand l’islam est entré par effraction dans ma vie utilisant toutes les ouvertures existantes, la porte d’entrée, la porte du garage, celle du jardin et même une intrusion par les fenêtres.

interieur_mosquee_cordoue

(mosquée-cathédrale de Cordoue)

Juste après, Bush junior, l’illuminé reborn, est arrivé comme Zorro et n’a rien trouvé de mieux que d’envahir l’Irak, pays arabe très majoritairement musulman. Et vas-y que je te bombarde à tour d’ailes d’avions des populations innocentes. En général, quand on bombarde, on tue énormément toutes sortes de gens, des salauds, des innocents, des femmes et des enfants, des musulmans, des chiites, des sunnites et même des chrétiens. Depuis, la France est entrée dans la danse. Et voilà que nous sommes en guerre contre des gens qui ne nous avaient rien fait, sauf que depuis, ils répliquent. C’est ce qu’on appelle le terrorisme.

3mezq

(mosquée-cathédrale de Cordoue)

Et de fil en aiguille, suivez mon regard, je suis tombé sur le livre de Michel Onfray intitulé « penser l’islam ». Comme l’islam est présent à toutes mes ouvertures, je l’ai acheté juste pour lire ce qu’en disait ce philosophe intéressant-énervant. Par expérience propre, je sais que sévit en France un racisme résiduel anti Arabe important. J’ai buté contre de très nombreuses fois. Or, comme le racisme est interdit par la loi en France, j’ai tendance à penser que ce racisme se déguise aujourd’hui dans ce qu’on a appelé islamophobie pour la bonne raison qu’attaquer la religion est tendance au pays de la laïcité, surtout quand c’est l’islam évidemment, et que s’en prendre à une religion n’est pas interdit par la loi. Comprenez-moi bien, je ne défends pas l’islam, ni ne l’attaque d’ailleurs, pas plus que le christianisme ou le judaïsme. Je respecte les croyants mais je déteste les religieux prosélytes, ceux qui veulent transformer le monde entier selon leur idéologie adorée, de gré ou de force.

Philippe-Barbarin

(Philippe Barbarin, évêque)

Je suis tout à fait Michel Onfray quand il écrit que dans les trois religions monothéistes, il y a des versets ou des sourates de paix et d’autres de guerre. Donc, selon ce qu’on en retient, l’islam peut être une religion de paix ou une religion de guerre (comme l’ont été les deux autres, l’une et l’autre). J’avais tendance à penser que l’islam devait se « moderniser » (s’adapter au monde moderne) par lui-même, notamment sur le statut de la femme, comme ont été contraint de le faire ses « frères » monothéistes, bon gré mal gré, plutôt mal gré d'ailleurs, je pense aujourd’hui comme le dit Michel Onfray que la République doit imposer ou susciter un islam compatible avec les valeurs Républicaines, savoir la liberté de religion, de l’apostasie, de l'athéisme, l’égalité entre les sexes, la liberté d’expression y comprise la critique de la religion. Tout le monde comprend que cette évolution se ferait plus facilement en l’absence de racisme et si des quartiers entiers n’avaient pas été abandonnés purement et simplement dans l’injustice et la pauvreté.

Par contre, là où Michel Onfray me gonfle c’est quand il prend des postures de victime des médias ou quand il se gausse de son origine populaire comme si c’était un gage d’honnêteté et de vérité. Passons rapidement là-dessus.

Par contre, là où je ne suis pas d’accord avec lui, c’est sur l’Europe, qui certes, doit évoluer, mais quand on considère le poids de la France dans ce monde de brutes, c'est-à-dire que dalle, la seule entité capable de nous défendre dans l’avenir, parce que nous partageons une même civilisation, c’est bien l’Europe. C’est du pur réalisme cher au cœur d’Onfray, et ceux qui disent le contraire en ont bien sûr le droit, mais sont des pêcheurs en eaux troubles.

Il faut donc composer avec le réel. Et le réel, ce sont plusieurs millions de musulmans qui vivent en France. Si l’on est idéologue en matière de laïcité, on récite le catéchisme : on ne finance aucun culte. Conséquence de pareille idéologie : les cultes seront financés par des pays étrangers qui ont intérêts à faire de l’islam une religion de combat contre l’Occident. Certes, les mosquées ne seront pas construites avec de l’argent public, l’idée laïque restera pure, peu importent les conséquences, mais les mosquées existeront de toute façon et deviendront des lieux de propagande antirépublicaine. Si l’on refuse et récuse l’idéologie, la République doit composer avec cette réalité, en dehors de tout fantasme, et promouvoir l’islam républicain qui s’appuie sur les sourates pacifiques. Il faut alors former les imams, surveiller les lieux de culte pour qu’ils ne soient pas des lieux de propagande terroriste et, de la sorte, lutter véritablement contre ceux qui ne croient qu’aux sourates belliqueuses.

Michel Onfray, Penser l’islam, Grasset

penser l'islam