Par ces temps de chevauchées populistes sur au moins trois continents de cette terre en surchauffe, ça vaut vraiment, mais vraiment, la peine de se coltiner le dernier opus d’un super spécialiste de la question. S’éclaircir les idées n’est pas du luxe, c’est même de l’ordre de la survie, sur tout ce qui concerne la démocratie, libérale, illibérale, jusqu’à la démocrature, tout ce qui définit la démocratie depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui et ses améliorations successives et encore possibles sinon obligées à moins de sombrer dans le populisme du peuple-Un et/ou de l’homme-peuple et/ou du national-protectionnisme, son régime de passions et d’émotions. À l’heure du capitalisme de l’innovation et de la sociologie des parcours (la lutte des places), essayons de maintenir notre paquebot démocratie à flots grâce à notre très très éclairant historien et sociologue Pierre Rosenvallon.

(4ème de couverture) Cet ouvrage propose de comprendre le populisme en lui-même, comme une idéologie cohérente qui offre une vision puissante et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. S’il exprime une colère et un ressentiment, sa force tient au fait qu’il se présente comme la solution aux désordres du présent. Il est pour cela l’idéologie ascendante du XXIème siècle, à l’heure où les mots hérités de la gauche semblent dorénavant résonner dans le vide.

Pierre Rosenvallon, Le siècle du populisme, histoire, théorie, critique, Seuil

le siècle du populisme

www.pierreferin-ecrivain.fr