24 novembre 2014

109 La sauvagerie humaine

  Allons-y tristement, défonçons une porte béante depuis des siècles (amen). Qu’elle soit profane extrême ou religieuse ultra, l’idéologie a ceci de commun qu’elle tue, car elle nie la vie, ou la considère comme quantité négligeable au regard de son dogme. Pour ne rester qu’à notre époque, depuis les guérillas urbaines (fraction armée rouge, Action Directe…extrême gauche, attentat de la gare de Bologne, massacre d’Utoya perpétré par Anders Breivik, extrême droite), en passant par la secte Aum (religieuse), pour finir par les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2014

108 Modiano, c'est flou !

Je n’avais jamais lu Modiano. Je n’avais jamais eu l’idée de le lire. Comme l’idée ne m’était pas venue, l’envie non plus. C’est le hasard de ma main qui a renversé un Modiano en folio dans le magasin où j’achète mon journal qui en est la cause. Pour moi, rien que de très normal de ne l’avoir encore jamais lu. Modiano est le contraire de ce que je recherche en conscience. Même si je ne le savais pas, je devais le pressentir. Modiano, c’est flou alors que je recherche la vérité éclatante. Ce qui ne signifie pas qu’elle est vraie.... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2014

107 L'enfer, c'est qui, c'est quoi ?

  Chacun connaît l’affirmation de Sartre tirée de sa pièce Huis Clos, « l’enfer, c’est les autres ». Sartre lui-même l’a explicitée en écrivant qu’en effet, « si je suis en totale dépendance d’autrui, je suis en enfer ». Il a aussi écrit que l’homme est condamné à être libre. La question que je me pose à partir de ces réminiscences et du roman que je viens de finir est la suivante : tout ce qui m’arrive provient-il de mon attitude face à la vie et j’en suis donc le seul responsable, ou bien, un ou... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 novembre 2014

106 Wander-Artist !

  En regardant la couverture du livre, je n’ai pas vraiment fait attention à l’œuvre qui y figurait. Elle semble d’une banalité extrême, on dirait un dessin d’enfant. Puis, un peu intrigué quand même, en lisant le roman, j'ai cherché l’auteur de cette œuvre simpliste, soi-disant ! J'ai alors constaté que le tableau est de Paul Klee, daté de 1940. Paul Klee ! Tiens donc ! Je regarde avec plus d’intensité. Et voici que le dessin pénètre en moi. Tel que je le perçois, il est sensé représenter un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2014

105 Mondialisation

  Il ne se passe plus un jour sans que l’on parle de mondialisation ou de globalisation. Les uns pour la vanter, les autres pour la rejeter. Pour ma part, je ne vois pas comment on pourrait éviter une réalité qui s’est imposée sans coup férir à la terre entière. Nous y sommes impliqués jusqu’au cou, il s’agit de savoir nager en respirant par le nez et en fermant la bouche. C’est comme avec la pollution et le réchauffement climatique. Nous sommes en plein dedans.     La mondialisation est là, il y a certainement du... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 21:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2014

104 Le temps qui passe

  J’ai cette étrange sensation en lisant un deuxième roman de James Salter, celle du temps qui passe. Le temps passe comme une péniche sur un canal et ce n’est pas désagréable. Je m’imagine voguant sur le canal du Midi.     D’habitude, je ne vois pas le temps passer. Rarement, je me sens dans un temps suspendu. Soit je fais du sur-place, ou j’en ai l’impression, soit je plane et c’est beaucoup mieux, c’est même précieux. Ô temps suspend ton vol..!     Ce roman n’est pas comme une histoire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2014

103 En vrai...

  En vrai, la vie est un songe, dont on ne se réveille jamais. Elle passe évanescente. Elle enchante comme une nuit d’été. Elle désenchante par son inaccomplissement. Elle angoisse comme un cauchemar sanglant.      On se croise sans se connaître, on vit ensemble sans savoir pourquoi, on se quitte quand il n’y a plus de raison de rester, on ne sait toujours pas pourquoi.     On vogue au fil de l’eau sur son bateau. On n’est pas tous dans le même bateau. On a le romantisme contrarié par la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 21:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2014

102 L'Algérie, encore (la réelle)

  Je tournais en rond comme un tigre en cage dans ma librairie préférée, qui est tout en longueur d’ailleurs, partant d’une rue jusqu’à une autre, parallèle. Il m’arrivait, figurez-vous, ce qui ne s’était encore jamais produit, il fallait bien que ça me tombe dessus un jour, je veux dire, pas un seul foutu bouquin ne me faisait un appel du pied, je ne bénéficiais d’aucun clin d’œil aguicheur, pas le moindre accrochage visuel complice ne venait se mettre sous la dent de mon œil, j’allais devoir faire disette, malgré la profusion... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2014

1O1 Je m'agace (quand des Français causent de leur Algérie)

  Je remonte un instant dans la montagne (voir chronique précédente), cette fois en pensée, et reviens sur une discussion lamentable qui s’est tenue à table un soir dans la maison d'hôtes. Il y avait face à face un descendant de Pied Noir et ses supporteurs et une universitaire algérienne. J’ai pu constater, avec amertume, qu’il y a encore en France, en août 2014, un grand nombre de gens qui ne regardent pas plus loin que le bout de leur nez et colportent tous les clichés éculés sur l’Algérie française.     Ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2014

100 Moi j'ai fait...

  Je descends de Cerdagne en automobile, où nous avons passé quelques jours, comme chaque année, dans une maison d’hôtes que nous n’avions encore jamais fréquentée, sise dans un joli village, ma foi. Nous y avons renouvelé le plaisir convivial des discussions masculines qui sévissent au sein des tables d’hôtes montagnardes très peuplées. Ne pratiquant moi-même aujourd’hui rien d’autre que de courtes marches qu’on ne saurait en aucun cas qualifier de randonnées, je n’avais rien à raconter lors de la messe du soir sur de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:56 - Commentaires [3] - Permalien [#]