06 octobre 2014

104 Le temps qui passe

  J’ai cette étrange sensation en lisant un deuxième roman de James Salter, celle du temps qui passe. Le temps passe comme une péniche sur un canal et ce n’est pas désagréable. Je m’imagine voguant sur le canal du Midi.     D’habitude, je ne vois pas le temps passer. Rarement, je me sens dans un temps suspendu. Soit je fais du sur-place, ou j’en ai l’impression, soit je plane et c’est beaucoup mieux, c’est même précieux. Ô temps suspend ton vol..!     Ce roman n’est pas comme une histoire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2014

103 En vrai...

  En vrai, la vie est un songe, dont on ne se réveille jamais. Elle passe évanescente. Elle enchante comme une nuit d’été. Elle désenchante par son inaccomplissement. Elle angoisse comme un cauchemar sanglant.      On se croise sans se connaître, on vit ensemble sans savoir pourquoi, on se quitte quand il n’y a plus de raison de rester, on ne sait toujours pas pourquoi.     On vogue au fil de l’eau sur son bateau. On n’est pas tous dans le même bateau. On a le romantisme contrarié par la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 21:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2014

102 L'Algérie, encore (la réelle)

  Je tournais en rond comme un tigre en cage dans ma librairie préférée, qui est tout en longueur d’ailleurs, partant d’une rue jusqu’à une autre, parallèle. Il m’arrivait, figurez-vous, ce qui ne s’était encore jamais produit, il fallait bien que ça me tombe dessus un jour, je veux dire, pas un seul foutu bouquin ne me faisait un appel du pied, je ne bénéficiais d’aucun clin d’œil aguicheur, pas le moindre accrochage visuel complice ne venait se mettre sous la dent de mon œil, j’allais devoir faire disette, malgré la profusion... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2014

1O1 Je m'agace (quand des Français causent de leur Algérie)

  Je remonte un instant dans la montagne (voir chronique précédente), cette fois en pensée, et reviens sur une discussion lamentable qui s’est tenue à table un soir dans la maison d'hôtes. Il y avait face à face un descendant de Pied Noir et ses supporteurs et une universitaire algérienne. J’ai pu constater, avec amertume, qu’il y a encore en France, en août 2014, un grand nombre de gens qui ne regardent pas plus loin que le bout de leur nez et colportent tous les clichés éculés sur l’Algérie française.     Ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2014

100 Moi j'ai fait...

  Je descends de Cerdagne en automobile, où nous avons passé quelques jours, comme chaque année, dans une maison d’hôtes que nous n’avions encore jamais fréquentée, sise dans un joli village, ma foi. Nous y avons renouvelé le plaisir convivial des discussions masculines qui sévissent au sein des tables d’hôtes montagnardes très peuplées. Ne pratiquant moi-même aujourd’hui rien d’autre que de courtes marches qu’on ne saurait en aucun cas qualifier de randonnées, je n’avais rien à raconter lors de la messe du soir sur de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 18:56 - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 août 2014

99 Progrès et modernité !

  Voilà bien un sujet tarte à la crème comme je les aime. J’y donne toute ma démesure. Je vous tartine mon ignorance en toute quiétude. Je piétine gaiement mes trente années de croyance dans le progrès linéaire, bon, j’exagère, j’ai toujours envisagé qu’il puisse y avoir des reculs partiels ou très momentanés, je devrais donc plutôt écrire dans le progrès global, genre, beaucoup moins linéaire que prévu.     Et cette question me tombe sur le coin de mon cerveau facétieux sans que je ne demande rien !... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 21:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juillet 2014

98 L'écrivain

  Coucou, me revoilou ! Non !, je ne suis pas parti en vacances, pas du tout, pour la bonne raison que j’y suis toujours, en vacances ! Ne soyez pas jaloux, ça vous arrivera bien un jour, aussi, si tout continue à aller cahin caha pas trop trop mal, je parle de l’économie, si ce n’est pas le chaos intégral quoi !, le pire n’est jamais sûr. J’ai suspendu la lecture un temps, figurez-vous, pour ne pas perturber l’écriture. Je m’immerge trop profondément dans un roman, quand il me plaît, jusqu’à en être... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2014

97 Intermède II

Désolé, les ami-e-s, lecture toujours bloquée pour cause de travaux de finition en écriture ! Je ne veux pas me laisser influencer ! J'ai pourtant un bouquin que je sens bon entre les mains. Une amie vient de m'en offrir un autre...Il faut patienter. Je vous remets une louche de photos d'art de Zahira Dris. Je pense que vous appréciez ! Deuxième thème : déplacements écolos ! (c'est par où la sortie ?) (droit devant) (putain de clé de cadenas) Que Zahira Dris me pardonne mes stupides légendes...
Posté par Pierre Ferin à 15:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 juin 2014

96 Intermède !

Intermède ? Juste une courte interruption de mes chroniques sur mes lectures pour cause de travaux d'écriture (finition). Alors, je vous livre une fournée de photos de Zahira Dris dont j'ai moi-même fixé le thème : le couple sous toutes ses formes. Je me suis permis d'ajouter les légendes qui me passaient par la tête. (avec mes excuses)   (couple exécutant la danse des canards) (couple en instance de train rose) (couple marrant se marrant)
Posté par Pierre Ferin à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 juin 2014

95 Ah ! La famille !

  Allons-y gaiement pour enfoncer des portes ouvertes ! La famille nous poursuit depuis bébé jusqu’à pépé. Elle nous formate toujours, nous étouffe parfois, nous manque souvent. Elle nous occupe ou nous préoccupe. On la fuit autoritaire, on déplore son absence. Elle peut devenir lourde ou indispensable. On nous serine statistiquement son piètre résultat. À se demander s’il existe une famille heureuse ? Si oui, l’avez-vous rencontrée ? Écrivez-moi, ça consolera tous ceux qui sont issus d’une famille dont l’amour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Ferin à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]